1-1-e1669908198824-png
28075340_wm-1159193-8143824-jpg

Processus d’enquête archivé sur la performance du député concernant Luísa Salgueiro

Dans une réponse envoyée à Lusa, le Parquet général précise que la révocation a été décidée, à l’unanimité, par la section disciplinaire du Conseil supérieur du ministère public (CSMP), « les faits disciplinaires pertinents n’ayant pas été identifiés ».

La procédure d’enquête spéciale avait été déterminée par le procureur général de la République, en sa qualité de présidente du CSMP, le 17 novembre, suite à des doutes apparus dans l’espace public sur les performances du ministère public (MP).

Elle a été instituée en application de l’article 264, alinéa 2 du statut du ministère public qui dispose que « le Conseil supérieur du ministère public peut ordonner l’ouverture d’une enquête sur une plainte, un signalement ou une information qui ne constituent une violation manifeste des devoirs du ministère public ».

« Le processus d’enquête vise à déterminer la véracité de la participation, de la plainte ou de l’information, et à évaluer si la conduite signalée est susceptible de constituer une infraction disciplinaire », ajoute l’article.

L’enjeu est un processus lié à la nomination de Marta Laranja Pontes au poste de directrice de cabinet de la présidence à Matosinhos, district de Porto.

Le 11 novembre, le magazine Senado a rapporté que Luísa Salgueiro, également présidente de l’Association nationale des municipalités portugaises, a été accusée par le ministère public dans l’affaire « Operação Teia », enquêtée par le DIAP (Département d’enquête et d’action pénale ) de Porto, soupçonné de violation des règles de passation des marchés publics, dans des dizaines de redressements directs.

Selon samedi, l’embauche de Marta Laranja Pontes comme directrice de cabinet du maire socialiste aurait, selon le député, « intervenu en raison de l’influence personnelle des principaux prévenus dans le processus ». [Operação Teia]: Joaquim Couto et sa femme d’alors, Manuela Couto, et Laranja Pontes lui-même [ex-presidente do Instituto Português de Oncologia do Porto e pai de Marta Laranja Pontes]qui à l’époque était proche de Luísa Salgueiro ».

Le lendemain, une déclaration envoyée par le Bureau de soutien au maire de Matosinhos confirmait que le maire avait été constitué en arguida le 24 octobre et évoquait que « le seul fait » imputé à Luísa Salgueiro « est celui d’avoir choisi son ancien chef du personnel sur nomination sans avoir ouvert de concours public ».

« Il n’y a pas d’appels d’offres publics pour choisir les membres des bureaux des présidents de chambre. D’ailleurs, il n’y a pas de cas connus où les chefs de cabinet des maires aient été choisis par appel d’offres », se défendait alors l’autarcie.

L’opération Teia, lancée le 29 mai 2019, s’est concentrée sur les municipalités de Santo Tirso et de Barcelos, ainsi que sur l’introduction en bourse de Porto, et a enquêté sur des soupçons de corruption, de trafic d’influence et de participation économique à des affaires, traduits en « appels d’offres publics frauduleux d’addiction ». procédures et ajustement direct », selon la PJ.

Luísa Salgueiro est actuellement sous mandat d’identité et de résidence.

Marta Moura Laranja Pontes travaille au Conseil de Matosinhos depuis le 1er septembre 2010, où, jusqu’au 22 octobre 2017, elle a travaillé comme technicienne supérieure, dans la division Promotion de l’économie locale et du tourisme.

Le 23 octobre 2017, elle prend ses fonctions d’adjointe au cabinet d’appui à la présidence et, trois ans plus tard, elle est nommée directrice de cabinet. Elle est actuellement conseillère chargée du commerce, de la protection civile, du tourisme et de l’internationalisation et des investissements.

VCP (SVF/JE/PFT) // JAP

Articles récents