«Sans ignorer la forte abstention observée, la CGTP-IN insiste sur les niveaux de participation à l’acte électoral, qui, tout en tenant compte du contexte d’inquiétude que nous vivons, a confirmé que les Portugais comprennent que la démocratie n’est pas suspendue étant possible, si les mesures de sécurité sanitaire adéquates sont assurées, exercent les droits que la Constitution consacre », précise la CGTP dans un communiqué.

«Dans les cinq prochaines années, nous exigeons de la Présidence de la République une action qui, plus que proclamer, défend, respecte et applique efficacement la Constitution de la République portugaise (CRP)», ajoute-t-il.

Pour la CGTP, c’est dans l’accomplissement du projet inscrit dans le CRP, dans les valeurs, droits, libertés et garanties qu’il consacre, immédiatement avec la valorisation du travail et des travailleurs, «que réside le meilleur antidote contre les projets anti-démocratiques qui veulent régler des comptes avec des valeurs d’avril ».

«C’est notamment dans le renforcement du service national de santé, dans le développement des écoles publiques, dans la garantie d’une protection sociale et de services publics de qualité que réside l’avenir du pays», ajoute-t-il.

La CGTP-IN continuera à fixer l’agenda de la lutte, développer son intervention et lutter pour la clarification et la mobilisation des travailleurs, «pour la promotion de l’unité dans l’action, pour les droits contre les inégalités et les discriminations, pour la solidarité contre l’individualisme».

Pour la centrale syndicale, il est donc temps de répondre aux problèmes nationaux, de mettre en œuvre une politique qui augmente la production, assure le plein emploi et favorise une juste répartition des richesses, avec la valorisation du travail et la dignité des travailleurs.

«Il est temps de donner une réponse efficace aux difficultés brutales auxquelles sont confrontés des milliers de travailleurs, de retraités et de leurs familles, en raison des options économiques et sociales qui se sont approfondies dans le contexte de l’épidémie, déséquilibrées en faveur du capital et avec conséquences dans la réduction des salaires, dans l’augmentation du chômage et de la pauvreté, dans l’utilisation des employeurs, essayant toujours de supprimer ou de limiter les droits », dit-il.

La CGTP promet d’intensifier l’action: «c’est l’engagement de la CGTP-IN, dans les lieux de travail, les entreprises et les secteurs, avec un accent sur la grande journée de lutte nationale, appelée le 25 février, pour garantir l’augmentation générale des salaires et la fixation du salaire minimum à 850 euros à court terme, lutter contre la précarité et rendre effectif le droit au travail avec des droits.

«Commencer, progressivement, une réduction du temps de travail sans perte de rémunération; rejeter toutes les tentatives des employeurs de déréglementer le temps de travail; abroger les normes lourdes de la législation du travail, d’emblée la norme d’expiration et la réintroduction du principe d’un traitement plus favorable pour dynamiser la négociation collective, renforcer l’intervention de l’État, avec des services publics plus nombreux et de meilleure qualité, investir dans la défense de l’environnement et un et le développement durable », dit-il.

Marcelo Rebelo de Sousa, avec le soutien du PSD et du CDS, a été réélu Président de la République lors des élections de dimanche, avec 60,70% des voix, selon les résultats provisoires obtenus dans les 3092 paroisses et alors que trois consulats restaient à compter. .

La socialiste Ana Gomes était la deuxième candidate la plus votée, avec 12,97%, suivie d’André Ventura, de Chega, avec 11,90%, João Ferreira (PCP et Verdes) avec 4,32%, Marisa Matias (Bloc de gauche) avec 3,95%, Tiago Mayan Gonçalves (Initiative libérale) avec 3,22% et Vitorino Silva (Réagir, inclure et recycler – RIR) avec 2,94%.

L’abstention était de 60,5%, le pourcentage le plus élevé jamais atteint lors des élections à la présidence de la République.

ICO // JNM

Contenu présidentiel: la CGTP demande que le nouveau mandat soit pour une défense «efficace» de la Constitution apparaît en premier dans Vision.