1-1-e1669908198824-png
pres-de-40-brigades-asae-surveillent-les-prix-dans-les

Près de 40 brigades ASAE surveillent les prix dans les hyper et supermarchés à travers le pays

S’adressant à l’agence Lusa, le secrétaire d’État au Tourisme, au Commerce et aux Services, Nuno Fazenda, a expliqué que cette action d’inspection de l’Autorité de sécurité alimentaire et économique (ASAE) a « comme toile de fond que le Portugal a une inflation générale de 8, 6 %, en dessous de la moyenne de l’Union européenne de 10 %, mais, en ce qui concerne les produits alimentaires, le prix du panier a augmenté plus de deux fois plus que l’inflation, 21,1 % », l’année dernière.

« Pour cette raison même, et aussi parce que nous avons, dans certains produits, des augmentations de 40, 50 et même 70% par rapport à l’année précédente, nous avons l’intention d’intensifier l’inspection au niveau des prix alimentaires », a déclaré le responsable.

En ce qui est le premier jour du mois du consommateur, Nuno Fazer a avancé à Lusa que 10 brigades ASAE dans le Nord du pays, 12 brigades dans le Sud et 16 brigades dans la région Centre sont sur le terrain pour « superviser sur le terrain ». sol, dans les supermarchés et hypermarchés de tout le pays, les prix et les pratiques commerciales ».

« Nous voulons transmettre une parole de confiance aux consommateurs. L’Etat est attentif, agit et va intensifier cette action sur le terrain », a-t-il souligné.

Selon le secrétaire d’État, cette inspection des prix alimentaires « est quelque chose qui a déjà été fait » et, « au cours des six derniers mois, l’ASAE a mené une activité d’inspection auprès d’environ 800 opérateurs, qui a abouti à l’enquête auprès de 40 affaires pénales et environ 80 infractions administratives ».

« Cela comprend, par exemple, le contrôle des prix fixés en rayon et ceux payés aux caisses des supermarchés », a-t-il expliqué.

Considérant que « l’augmentation exagérée des prix ne favorise personne, y compris les opérateurs économiques eux-mêmes », Nuno Fazenda a noté que « les Portugais ne pourront payer que des prix abordables », il faut donc « faire très attention aux prix exagérés ». prix qui sont vendus dans les produits alimentaires ».

« C’est un effort qui demande à tout le monde. Elle interpelle certes l’Etat et ses institutions, en matière de régulation et de contrôle, mais elle interpelle également les opérateurs, en matière de renforcement de la confiance, de la transparence et de la responsabilité sociale ».

« Le message est très clair : nous allons intensifier ces actions dans la période à venir. L’Etat est attentif et agit dans la défense du consommateur et dans la protection d’une économie saine », a-t-il souligné.

DP // MSF

Articles récents