1-1-e1669908198824-png

PR s’attend à une « évolution positive » vers la paix et la stabilisation à São Tomé et Príncipe

« Le gouvernement portugais a déjà dit et je suis d’accord, c’est-à-dire qu’il suit de près ce qui s’est passé dans le pays frère de São Tomé et Príncipe et que le Portugal est toujours préoccupé par tout ce que cela implique, surtout quelques mois après l’élection, avec ce qui concerne la stabilité, l’homogénéité, la cohésion et la paix dans les pays membres de la CPLP [Comunidade dos Países de Língua Portuguesa]a déclaré le chef de l’Etat.

Le Président de la République a répondu aux journalistes, après s’être exprimé à l’ouverture du 3e Sommet Unique, qui se déroule à Braga, interrogé sur la tentative de coup d’État perpétrée aux premières heures de vendredi, lorsque quatre hommes ont attaqué le siège de les forces armées, dans la capitale Sao Tomé.

« Le Portugal suit cela avec inquiétude, comme il est naturel, en espérant que l’évolution sera positive, soit dans le sens de la paix, de la non-effusion de sang, soit dans le sens de la stabilisation de la vie politique de ce pays frère », a souligné Marcelo Rebelle de Sousa.

Aux premières heures de vendredi, quatre hommes ont attaqué la caserne des forces armées, dans la capitale de Sao Tomé, lors d’un assaut qui a duré près de six heures, avec d’intenses échanges de coups de feu et d’explosions, au cours desquels ils ont pris en otage l’officier de service, qui a été grièvement blessé suite à des agressions.

L’attaque a été neutralisée à 06h00 heure locale (même heure à Lisbonne) ce jour-là, avec l’arrestation des quatre assaillants et de quelques militaires soupçonnés d’être impliqués dans l’action.

L’ancien président de l’Assemblée nationale, Delfim Neves (qui a également terminé son mandat ce mois-ci) et Arlécio Costa, un ancien officier du « bataillon Buffalo » condamné en 2009 pour tentative de coup d’État, ont également été détenus par l’armée. , prétendument identifiés par les agresseurs comme étant les principaux.

Sur les quatre agresseurs, trois sont morts, ainsi que le suspect Arlécio Costa.

Dimanche, le président de la République de São Tomé et Príncipe a demandé une enquête pour clarifier l’attaque, estimant qu’il s’agissait d’une « tentative de coup d’État » par ceux qui n’acceptent pas les résultats des élections.

« L’étendue de l’acte n’est pas complètement connue. J’appelle toutes les institutions à mener l’enquête, à mener les investigations nécessaires pour que justice soit faite, pour que toutes les raisons et mutations de l’acte soient retrouvées. Nous devons savoir, car il n’y a aucun doute – ce que je sais aujourd’hui et j’ai des informations [é que] il s’agissait clairement d’une tentative de coup d’État contre les institutions et leurs dirigeants », a déclaré Carlos Vila Nova.

Les déclarations du chef de l’État ont été faites après la réunion du Conseil supérieur de la défense nationale de São Tomé et Príncipe, qui a été convoquée d’urgence pour analyser les événements du 25 novembre, lorsque le siège des forces armées du pays a été attaqué.

Articles récents