Le Président de la République a déclaré aujourd’hui qu’il espérait que la réforme du rôle du chef d’état-major des armées (CEMGFA) annoncée par le gouvernement sera couronnée de succès, conciliant «audace et bon sens».

Dans une intervention à l’Instituto Universitário Militar, à Lisbonne, Marcelo Rebelo de Sousa a exprimé l’espoir que ce processus «puisse être suivi d’une réflexion renouvelée sur le concept stratégique de défense nationale», en tenant compte du «changement de cap géopolitique et de le domaine de la défense et de la sécurité au niveau mondial, au niveau européen et avec un impact au niveau national ».

Le chef de l’État et commandant suprême des forces armées a pris la parole lors de la cérémonie de lancement du livre « Chef d’état-major général des forces armées – 70 ans – 1950 à 2020 », en présence de l’ancien président de la République, le général António Ramalho Eanes, qui a également occupé le poste de CEMGFA.

Marcelo Rebelo de Sousa a déclaré que «le processus de repenser et de reformuler le rôle de l’état-major des armées» lancé par le gouvernement «impliqué et implique les chefs militaires, va déclencher l’audition du Conseil supérieur de la défense nationale» et «la délibération décisive de l’Assemblée de la République ».

« Et, bien sûr, l’intervention finale du président de la République, qui est chargé de la promulgation en matière législative », a-t-il souligné.

Devant le président de la République, le ministre de la Défense nationale, João Gomes Cravinho, a pris la parole lors de cette cérémonie, qui la semaine dernière, dans un entretien avec l’agence Lusa, a annoncé que le gouvernement présentera un projet de loi dans le but d’étendre les pouvoirs. du CEMGFA, lui assignant le commandement opérationnel de tous les domaines d’activité militaire.

Sans commenter spécifiquement l’intention de renforcer les compétences du CEMGFA, Marcelo Rebelo de Sousa a exprimé le vote « pour que ce processus soit couronné de succès, dans un équilibre entre audace et bon sens, assertivité et participation, renforcement institutionnel et plasticité personnelle ».

«Nous savons bien comment les hommes aujourd’hui, et un jour, espérons-le, les femmes aussi, dans l’exercice de ces fonctions passent, mais les institutions vont au-delà d’eux et eux», a-t-il observé.

Le président de la République n’a pas fait de déclarations aux journalistes en marge de cette cérémonie.

IEL // JPS

Le contenu des relations publiques espère que la réforme du rôle du CEMGFA réussira avec «l’audace et le bon sens» apparaît d’abord dans Vision.