Marcelo Rebelo de Sousa s’adressait à des journalistes devant l’hôpital de São José, du Centro Hospitalar de Lisboa Central, où il a rendu visite à un pompier blessé lors de la lutte contre l’incendie dans la municipalité de Palmela, district de Setúbal.

Le chef de l’Etat a déclaré que les incendies qui se sont produits ce début d’été « sont proches des populations » et que « 70% ont une cause évitable » – la grande majorité étant due à « un incendie par inadvertance, par négligence » et dans certains cas due à à « l’emploi de machines, malgré l’appel » fait en sens contraire.

En revanche, « il y a toujours une marge d’incendie criminel, aujourd’hui encore, deux possibles responsables d’incendie criminel ont été arrêtés », a-t-il souligné.

Selon le président de la République, il y a eu une « amélioration significative par rapport aux années précédentes en matière de prévention » par les pouvoirs publics et dans la lutte contre les incendies « le comportement des opérateurs, des pompiers et de tous les opérateurs de la Protection Civile a été remarquable ».

« La capacité de réponse a eu un effet, qui limite le nombre d’incendies de toute taille et donc de nouvelles plus intenses à une demi-douzaine par jour, parfois moins », a-t-il déclaré.

Concernant les populations, Marcelo Rebelo de Sousa a estimé que « les gens sont plus prudents avec les allumages » et que « d’une manière générale, le comportement des Portugais et des Portugais a été spectaculaire », ce qu’il a remercié, mais a laissé une demande pour « un effort supplémentaire ». dans les jours à venir.

S’adressant notamment « à ceux qui, distraitement, facilitant, finissent par créer des problèmes avec leurs villages et leurs maisons », le chef de l’Etat a demandé « un effort supplémentaire dans ce temps qui reste encore » jusqu’à la fin de la situation d’urgence, qui le gouvernement a décidé de prolonger jusqu’à dimanche.

« Il s’agit maintenant de dire merci, mais de demander un peu plus de cette civilité en fin de journée jeudi, vendredi, samedi et dimanche », a renforcé Marcelo Rebelo de Sousa, qui était accompagné du ministre de l’Administration intérieure, José Luis Carneiro.

Le Portugal continental est dans une situation d’urgence depuis lundi en raison des conditions météorologiques, avec des températures élevées, qui augmentent le risque d’incendie.

La situation d’urgence correspond au deuxième niveau d’intervention prévu par la Loi fondamentale sur la protection civile et peut être déclarée « lorsque, compte tenu de la survenance ou de l’imminence d’un accident grave ou d’une catastrophe, la nécessité d’adopter des mesures préventives et/ou spéciales des mesures réactives de réaction est reconnue » mobilisée au niveau communal ».

IEL // SF