1-1-e1669908198824-png

PR compte sur le ministre de Médine pour des mesures visant à protéger les livres qu’il a défendus en tant que maire

Lors de la cérémonie d’ouverture de la 92e Foire du livre de Lisbonne, Marcelo Rebelo de Sousa a défendu que « des mesures législatives pour protéger les livres étaient et sont nécessaires ».

« Heureusement que l’ancien maire de Lisbonne est aujourd’hui ministre des Finances, qui a toujours défendu ici – en ouverture dès l’ouverture du Salon du livre – la défense du livre et la protection de l’édition, nous savons déjà sur quoi nous comptons et nous ne peut que compter dessus », a-t-il déclaré, provoquant des rires dans le public lors de la cérémonie, à laquelle a assisté le ministre de l’Éducation, João Costa.

Le chef de l’Etat a également défendu que « les mesures liées aux loyers des librairies restent nécessaires », avertissant que dans les grandes villes les prix élevés « affectent la viabilité de nombreuses librairies et tuent pratiquement les bouquinistes ».

« Si les temps que nous avons vécus récemment – je fais référence à la pandémie et à ses conséquences – ont révélé des faiblesses et des faiblesses, ils ont également montré une résistance inattendue – un mot préférable et plus héroïque que la résilience désormais plus courante, je suis toujours de le temps de la résistance – et dans presque aucun secteur cela n’a été plus évident que dans le secteur du livre », a-t-il souligné.

Marcelo Rebelo de Sousa a également souligné, dans cette édition de la foire, les améliorations « non seulement esthétiques ou logistiques, mais écologiques » des pavillons, et a promis de revenir « avec le caddie ».

« C’est mon 67e, je faisais le calcul et mon cœur s’est arrêté, c’était toujours sur l’Avenida da Liberdade », a-t-il rappelé, disant espérer accomplir encore son 92e, le nombre d’éditions qui marquent cette année.

« Ce n’est pas probable, mais ce n’est pas impossible », a-t-il déclaré.

Le président de la République a accueilli l’ambassadrice d’Ukraine au Portugal, Inna Ohnivets, en soulignant l’importance que ce pays soit l’invité de la foire cette année, avec la présence d’un petit stand avec des livres ukrainiens et une programmation associée.

« Vous savez à quel point l’Ukraine et les Ukrainiens sont aimés au Portugal non seulement de loin, mais parce que nous les connaissons au quotidien », a-t-il souligné.

Un autre compliment spécial est allé au maire de Lisbonne, Carlos Moedas, un autre orateur lors de la cérémonie et qui l’a accompagné lors de cette première visite à l’événement.

« Quelle belle façon le maire est, il aime ce qu’il fait », a-t-il salué, en adressant le même salut à la secrétaire d’État à la Culture, Isabel Cordeiro.

Après la cérémonie d’ouverture, le président de la République a fait ce qui aurait dû être une courte visite de la foire, mais qui a duré plus d’une heure, s’arrêtant à tous les pavillons du premier couloir, où il a salué les employés.

« Ont-ils beaucoup vendu ? Bonnes ventes », était la question répétée dans la rue.

Toujours avec Coins à ses côtés, et le ministre de l’Éducation et le secrétaire d’État à la Culture l’accompagnant, le président a également acheté trois livres, évalué les prix des autres — « ils ne reflètent toujours pas les augmentations des coûts » — et a donné le maire quelques conseils de Lisbonne.

« Le meilleur moment pour venir est l’heure du dîner ou un match de football », confie-t-il.

Parmi les nombreuses demandes de « selfies » toujours exaucées, le chef de l’Etat est tombé sur des écrivains, comme Alice Vieira, ou d’anciens politiques comme Adolfo Mesquita Nunes, promettant de revenir « trois ou quatre fois de plus ».

Au début du voyage, Marcelo Rebelo de Sousa s’est arrêté à un stand destiné à la donation de livres et a laissé quelques publications officielles de Belém et du Musée de la Présidence.

Pour l’année, la Foire du livre de Lisbonne retrouvera le calendrier habituel, se déroulant en mai et juin, le président de la République promettant qu’à la fin de l’été aura lieu la désormais traditionnelle Fête du livre à Belém.

SMA // JPS

Articles récents