Le mot qui donne le titre au premier album de Pongo, sakidila, signifie merci en Kimbundu, l’une des langues de l’Angola, le pays où il est né et qu’il a échangé pour le Portugal dans son enfance.

« C’est de la gratitude. Au milieu de tant de chaos, quand on réussit, c’est de la gratitude. C’est remercier, qui que ce soit, d’être en vie, de pouvoir être ici. Et, surtout, en plus de jouer, vous pouvez vivre cet accomplissement », a déclaré Pongo dans des déclarations à Lusa.

La carrière musicale de Pongo a commencé à l’âge de 15 ans, lorsqu’il a donné une voix à la chanson « Kalemba (Wegue Wegue) », de Buraka Som Sistema. La connexion avec le groupe a duré « environ deux ans et demi ».

Après cela, il est entré dans « le combat, indépendant », essayant de se venger en solo. En cours de route, il a « beaucoup appris » et fait « de nombreux voyages ».

En 2019, à 27 ans, il sort son premier EP solo, « Baia », et début 2020 le second, « Uwa », édité par Caroline International.

Pongo est entrée dans le « radar » de plusieurs médias internationaux, comme la publication NME, qui l’a placée sur la liste des 100 nouveaux artistes qui marqueront 2020, et la station BBC Radio 6 Music, qui a inclus des chansons de Pongo dans sa « playlist ».

En 2020, elle fait partie des lauréats des prix Music Moves Europe, qui récompensent les artistes émergents représentant le « son européen d’aujourd’hui et de demain ».

Pour cette année-là, elle avait prévu une tournée avec des dates dans plusieurs pays européens, l’enregistrement de son premier album et le projet de retourner sur la terre qui l’a vue naître, pour rembourser en musique tout ce que l’Angola lui a donné.

Cependant, la pandémie de covid-19 est apparue et les plans ont fini par être reportés.

Lorsque les premiers cas sont apparus en Europe, Pongo était à Paris – où se trouvent toute l’équipe, le groupe et le label qui la représentent – pour commencer à enregistrer « Sakidila ».

« J’ai enregistré un thème ou un autre, le premier jour du studio, mais j’ai dû partir quand la pandémie a commencé. Je suis revenu et nous avons tous été arrêtés », se souvient-il.

En septembre de cette année-là, il revient à Paris, « et il a fallu deux semaines pour enregistrer l’album, la plupart des chansons ont été enregistrées à cette époque ».

« Après, nous avons travaillé et ajouté plus de thèmes », a-t-il déclaré.

Pendant l’enregistrement, il a quand même réussi à faire quelques concerts, mais il se sentait « déprimé et les gens aussi ».

Dans « Sakidila », Pongo montre « l’énergie, la ‘puissance’, le rythme, la vitesse », dans des thèmes comme « Bruxos », qu’il a présenté l’année dernière sur la plateforme internationale de concerts COLORS, mais il y a aussi des chansons plus calmes.

« Je me retrouve en tant qu’artiste dans le registre le plus calme, mais aussi en mouvement, en mouvement. Je voulais transporter ce que je fais sur scène, ce que je transmets sur scène, vers l’album, qui est un mélange de ces facettes, de ces sentiments, et de différentes histoires et expériences, qui ne se contente pas de sauter en l’air tout le temps. Parce que la vie n’est pas comme ça, en fait », a-t-il partagé.

A une époque où il sentait que les gens étaient « inhibés à montrer la volonté de vivre, qui était là, malgré les cas qui se multiplient et de nombreuses personnes qui meurent ».

« J’ai appris dans la vie à me lever, car là d’où je viens il n’y a pas de nourriture, pas d’eau, mais on rit, on respire, il faut vivre. Et la musique est un lien qui nous fait réaliser cela d’une certaine manière, et je suis très heureux d’avoir cette opportunité de pouvoir exprimer et partager mes sentiments et de me connecter avec les gens à travers la musique », a-t-il déclaré.

Pongo renforce que « Sakidila » est « gratitude pour la vie, gratitude pour tout », et chacun des 12 thèmes qui la composent « finit par expliquer pourquoi la gratitude ».

« J’espère que les gens ressentent et partagent la même chose », a-t-il déclaré.

Jeudi, il se produit à Lisbonne, au B.Leza, et se sent « très content » d’avoir « un ‘show’ chez lui avant de sortir ».

« J’aimerais en faire un rituel. Commencez à la maison, puis allez dans le reste du monde, prenez la bénédiction et l’énergie de là où je vis. Je prends là où je suis né et j’ai grandi dans le reste du monde », a-t-il déclaré.

Jusqu’à fin août, la tournée de Pongo comprend des dates en Espagne, au Royaume-Uni, aux Pays-Bas, en France, en Belgique, en Allemagne, en Suisse et au Canada, où il se produira pour la première fois.

« Je tire encore les ficelles pour jouer plus souvent à domicile cette année, confie-t-il.

Le retour souhaité en Angola est prévu pour janvier de l’année prochaine : « Retourner à la terre, y aller pour te remercier de faire partie de cette terre, et que pour faire partie de cette terre je me reconnais aujourd’hui et que le monde aussi me reconnaît comme le petit être humain que je suis.

JRS // MAG