Plus de 40% des Portugais de l’étranger n’ont pas pu voter aux élections à l’Assemblée de la République, selon une enquête organisée par l’association « Nous sommes aussi des Portugais » (TSP) auprès des ressortissants résidant à l’étranger.

« TSP regrette que tant de citoyens portugais aient été privés du droit de vote. Les commentaires montrent la frustration et l’indignation de ceux qui ont tenté d’exercer leur droit de citoyen mais n’ont pas pu voter. La difficulté à mettre à jour l’adresse semble être le principal problème, mais pas le seul », informe le communiqué envoyé au Jornal Económico.

Neuf personnes sur dix qui ont réussi à voter l’ont fait sans problème, soit par la poste, soit dans les consulats, mais 3 % ont dû chercher le bulletin de vote dans le système de suivi des lettres – une des innovations positives de ces élections – et 2 % ont été contraints de voter par la poste locale pour acheter un timbre, malgré les frais de port payés.

Certains disent que le processus était « simple », « parfait », ou que « ça a super bien marché, mieux que la dernière fois ». Cependant, l’expérience a été troublée pour certains, tandis que d’autres se plaignent du manque d’informations.

« Sur l’enveloppe, il était écrit qu’aucun timbre n’était nécessaire, mais à la poste, ils étaient explicites et disaient que l’Angleterre n’était plus dans l’UE, donc je devais payer ! », a écrit un électeur.

« J’ai voté à l’ambassade, mais j’ai seulement appris que je devrais déclarer une préférence pour voter en personne par l’intermédiaire d’un ami qui m’a alerté. Je n’ai reçu aucune information à ce sujet. »

Parmi les 44% qui n’ont pas voté, sept électeurs sur dix (69%) n’ont pas reçu de bulletin de vote (12% parce qu’ils étaient inscrits au Portugal et 8% n’étaient pas à leur adresse habituelle). Les 31 % restants ne voulaient pas voter ou avaient d’autres raisons.

Une électrice a déclaré qu’elle était « inscrite au Portugal car il est très difficile de changer d’adresse ». D’autres ont déclaré avoir reçu le bulletin de vote par correspondance pour l’ancienne adresse, où il a été refusé, ou qu’ils ne l’ont pas reçu du tout et ont ensuite tenté de voter à l’ambassade, mais « n’ont pas été autorisés » faute d’inscription préalable. , jusqu’au 20 décembre.

« Quant au mode de vote privilégié, 80% soutiennent le vote numérique, 40% le vote en personne dans les consulats, et 40% le vote par correspondance – le choix n’était pas exclusif », indique le document.

Avant les élections, le président du TSP, Paulo Costa, a présenté plusieurs niveaux de solutions à Jornal Económico : faciliter le processus de changement d’adresse, permettant que, que la personne reçoive ou non le bulletin, de voter pour le même au Consulat, et le vote électronique.

66% des répondants se déclarent également favorables à l’augmentation du nombre de députés élus par l’émigration. Actuellement, les citoyens portugais résidant à l’étranger en élisent deux pour le cercle en Europe et deux pour le cercle hors Europe.

L’Association Civique Internationale enverra une version complète de l’enquête à la Commission électorale nationale, à l’Administration électorale, au Président de la République et au futur Gouvernement et Parlement.

Paulo Costa a estimé dans la semaine qui a précédé les élections que près de 100 000 Portugais de l’étranger ont été « empêchés de voter ou de voir leurs votes invalidés » faute d’une copie de la carte de citoyen, mais cette dernière question ne s’applique plus car les partis, en une réunion avec le secrétariat général du ministère de l’administration interne, ils ont décidé que tous les votes seraient validés.

Lors des législatures de 2019, en conséquence, 35 331 bulletins ont été annulés, sur un total de 158 252 bulletins reçus d’émigrants portugais.

Les votes des électeurs résidant à l’étranger ont commencé à être dépouillés ce lundi à Lisbonne, dans un processus qui s’achève ce mercredi, date limite de réception des votes des collectivités.