1-1-e1669908198824-png
pgr-confirme-les-recherches-dune-banque-et-dun-consultant-a

PGR confirme les recherches d’une banque et d’un consultant à la demande des autorités angolaises

Le bureau du procureur général (PGR) a confirmé aujourd’hui les perquisitions effectuées par le ministère public (MP) dans des sociétés de conseil et une banque, à la demande des autorités angolaises.

« Il confirme la réalisation de perquisitions en exécution d’une demande d’entraide judiciaire internationale reçue des autorités angolaises. Les démarches se déroulent dans des sociétés de conseil et une entité bancaire et sont dirigées par le ministère public de la Direction centrale d’enquête et d’action pénale (DCIAP) », a répondu le PGR à l’agence Lusa.

La demande fait suite à un reportage d’Observador et Visão, qui rapporte que la police judiciaire (PJ) a effectué, plus tôt cette semaine, des perquisitions à Lisbonne, les consultants, Bonston Consulting Group et Pricewaters Coopers, ainsi que la banque eurobic.

Selon les informations recueillies par Visão, ces démarches ont été effectuées à la demande des autorités angolaises dans le cadre de l’enquête sur Isabel dos Santos, une femme d’affaires qui, malgré le mandat d’arrêt international délivré par Interpol, continue de partager son quotidien à Dubaï. sur les réseaux sociaux.

Visão ajoute que la commission rogatoire envoyée par le bureau du procureur général angolais à l’homologue portugais demandait la saisie de documents dans les deux cabinets de conseil, entités qui, selon l’enquête angolaise, n’ont servi qu’à détourner de l’argent de Sonangol. À son tour, dans les processus au Portugal, la femme d’affaires a affirmé que les deux consultants avaient effectivement fourni des services à la compagnie pétrolière angolaise dans le cadre d’un processus de restructuration mené au cours de son mandat.

L’univers des enquêtes sur Isabel dos Santos, au Portugal, ne se limite pas aux prétendus détournements de fonds de la Sonangol. En tout, il y a 17 procès contre la femme d’affaires angolaise, écrit le magazine, ajoutant que, selon une source judiciaire, le résultat de ces enquêtes devrait, en grande partie, être envoyé en Angola, le pays où les crimes précédant le blanchiment d’argent dont Isabel dos Santos est soupçonnée au Portugal.

En décembre 2022, la Cour suprême angolaise a prononcé la saisie préventive des actifs d’Isabel dos Santos, évalués à un milliard de dollars (941 millions d’euros), à savoir 100% des actions de la société Embalvidro, dont le prévenu est l’ayant droit économique.

Selon le jugement, révélé par l’agence Lusa, la chambre criminelle du TS a fait référence à l’arrestation de tous les soldes bancaires des dépôts courants titrés ou cotitrés, siégés dans toutes les institutions bancaires, y compris les comptes à terme, d’autres applications financières qui sont associés ou des dossiers de titres au nom d’Isabel dos Santos.

L’ordonnance de la Cour suprême angolaise, datée du 19 décembre 2022, a indiqué que, parmi les actifs indiqués à saisir, figurent 70% des participations dans la société USTAR Comunicação dont le « défendeur est un bénéficiaire effectif ».

Lusa a contacté Eurobic, mais n’a pas encore reçu de réponse.

ARA/IMA // ZO

Articles récents