La coordinatrice du Bloc de gauche (BE), Catarina Martins, considère que la déclaration d’inconstitutionnalité de la règle sur la période d’essai est « importante » pour protéger les plus jeunes. Le leader blociste veut annuler, au Parlement, l’expiration unilatérale des contrats collectifs et regrette que la décision de la Cour constitutionnelle soit « tardive » pour protéger ceux qui ont perdu leur emploi en raison de la pandémie.

« Il s’agit d’une décision très importante qui protégera des milliers de jeunes qui, ayant déjà eu l’expérience des contrats à durée déterminée ou à durée déterminée, lorsqu’ils concluent un nouveau contrat de travail, sont encore soumis à cette période inacceptable et inexplicable. de six mois de période expérimentale même dans des rôles non qualifiés ou non spécialisés », a déclaré Catarina Martins, lors d’une conférence de presse.

Catarina Martins a ainsi réagi à la décision de la Cour constitutionnelle, qui a déclaré inconstitutionnelle la règle du Code du travail qui étend la période d’essai à 180 jours pour les travailleurs à la recherche d’un premier emploi qui avaient été précédemment embauchés à durée déterminée pendant au moins 90 journées. Selon les juges, la mesure viole les principes de proportionnalité et d’égalité.

35 députés du Bloc de gauche, du Parti communiste portugais (PCP) et du Parti écologiste « Os Verdes » (PEV) ont déposé une demande de prise en compte des modifications apportées au Code du travail en septembre 2019. La norme sur la période expérimentale qu’elle a été , cependant, le seul considéré comme inconstitutionnel.

Selon Catarina Martins, la décision de la Cour constitutionnelle « est très importante » car elle « produit des effets immédiats » et rend impossible une période expérimentale prolongée pour ceux qui commencent à travailler, « mais il arrive trop tard pour ces milliers de travailleurs qui se sont retrouvés en pleine pandémie, sans travail, sans indemnité, sans allocation de chômage, sans être pris en considération pour des mesures telles que le licenciement ».

Catarina Martins a également déclaré que BE analysait « très attentivement » l’arrêt de la Cour constitutionnelle, mais qu’« il y a deux questions sur lesquelles il est nécessaire d’avancer maintenant ». « Considéré comme inconstitutionnel qu’une personne ayant déjà eu un contrat à durée déterminée puisse bénéficier d’une période d’essai de six mois, il n’y a aucune raison de maintenir une période d’essai aussi longue dans d’autres cas également de fonctions non spécialisées », a-t-il déclaré.

« Cela n’a aucun sens que toute personne ayant eu des recettes vertes ou ayant bénéficié d’une bourse, pour la simple raison d’être jeune ou pour la simple raison d’être au chômage de longue durée, soit soumise à deux fois la période d’essai des autres personnes. Cela doit être corrigé immédiatement », a-t-il ajouté.

Le chef du blociste a déclaré que la décision reconnaît également les problèmes liés à « l’expiration unilatérale de la négociation collective et, bien qu’elle ne déclare pas la règle inconstitutionnelle, elle indique clairement qu’il appartient au législateur de résoudre le problème ». « En d’autres termes, il appartient au Parlement de mettre fin à l’expiration unilatérale des contrats collectifs », a-t-il souligné.

Il a également défendu que l’arrêt de la Cour constitutionnelle, « en plus d’être analysé avec les différents votes obtenus et avec la justification que ces votes ont et qui traverse l’ensemble de l’arrêt, doit être croisé avec l’expérience de la pandémie et de travailleurs qui se sont retrouvés sans emploi ».