« Je suis en politique pour travailler et je me sens bien quand on y arrive parce que c’est ce qu’attend la population. Nous devons avoir la capacité de promettre et de faire, de livrer. Ce n’est qu’ainsi que nous gagnerons le respect du peuple », a déclaré Pedro Nuno Santos en réponse aux médias.

A Vila Nova de Gaia, dans le quartier de Porto, alors qu’il s’adressait aux journalistes en marge de la signature des protocoles au conseil municipal, Pedro Nuno Santos a immédiatement déclaré que « comprenant l’insistance », il ne parlerait pas du nouvel aéroport.

« Je n’ai rien à dire sur ce sujet », a-t-il déclaré.

Le ministre – qui s’est rendu à Gaia pour présider une cérémonie au cours de laquelle il a été révélé que Infraestruturas de Portugal (IP) s’engage à réaliser, à partir de septembre, une étude de faisabilité sur le remplacement des viaducs piétons par des viaducs intérieurs sur la ligne nord, un sujet qui a suscité beaucoup de contestation au niveau local — il a dit qu’il faut avoir « la capacité de promettre et de faire, de se concrétiser ».

Dans son discours, Pedro Nuno Santos a parlé du chemin de fer et a qualifié les projets en cours dans ce domaine de « véritable révolution ».

« Ce que nous faisons sur le chemin de fer est sans précédent dans l’histoire récente de notre pays. Nous nous sommes concentrés pendant des décennies sur l’automobile et avons laissé derrière nous le meilleur et le plus important moyen de transport du futur, à savoir le train. Heureusement, aujourd’hui, les exigeants commencent également à apparaître », a-t-il déclaré.

Et, devant le vice-président d’IP, Carlos Fernandes, et le maire de Gaia, Eduardo Vítor Rodrigues (PS), il a déclaré que Gaia « sera dans l’axe de la nouvelle ligne Porto-Lisbonne, Porto-Vigo », en « des investissements infrastructurels majeurs pour la prochaine décennie ».

« Gaia marquera et gagnera plus de centralité dans la région du nord », a-t-il déclaré.

En marge, à ce sujet, le responsable a seulement précisé que le projet sera présenté « dans les prochains mois ».

La cérémonie d’aujourd’hui a également servi à la signature d’un protocole entre la Câmara de Gaia et l’Institut pour le logement et la réhabilitation urbaine (IHRU) visant à construire des logements abordables.

Pedro Nuno Santos a souligné que le Plan de relance et de résilience (PRR) « sert à résoudre les problèmes de la population » et qu’en cela « il n’y a d’argent pour le logement que parce que le gouvernement l’a voulu ».

« Le Portugal est le pays de l’Union européenne qui alloue le plus d’argent au logement », a-t-il déclaré.

Et selon le ministre, « le PRR répond à 26.000 familles », mais « beaucoup plus ont déjà été identifiées en situation d’indignité », a-t-il admis.

« Le fait que le PRR réponde à 26 000 ne signifie pas que les dizaines de milliers restants n’ont pas de réponse. Dans les 26 000 municipalités dépenseront zéro. Dans les quelque 80 mille restants, ils participeront. Notre grande stratégie est d’augmenter l’offre du parc HLM », a-t-il résumé.

PFT // LCA