Le groupe parlementaire du PCP présentera un projet de loi pour le remplacement des montants dans le paiement des heures supplémentaires, dans les secteurs public et privé, qu’il juge indispensables à « l’appréciation » des travailleurs et qui n’est pas « dûment indemnisé ».

« Ce sont les travailleurs qui produisent la richesse de notre pays (…). Il n’est pas possible de vouloir un pays développé s’il y a un ensemble de droits qui continuent d’être amputés du point de vue de la législation du travail », a déclaré la députée communiste Diana Ferreira à l’agence Lusa.

Par conséquent, le banc du PCP présentera un diplôme, qui sera débattu aujourd’hui en plénière en même temps qu’un diplôme du BE dans le même sens, pour le remplacement des « valeurs de travail supplémentaires », par le biais d’amendements au Code du travail et à la loi. Général du Travail dans les Fonctions Publiques.

Plus précisément, le PCP souhaite que le montant payé pour les heures supplémentaires soit remplacé par « 50 % pour la première heure ou fraction de celle-ci et 75 % par heure ou fraction suivante », les jours de semaine, et « 100 % pour chaque heure ou fraction, le jour de repos hebdomadaire, obligatoire ou complémentaire, ou en vacances », selon la facture.

L’intention, a expliqué Diana Ferreira, est de récupérer « un ensemble de valeurs précédemment supprimées, à savoir, dans les modifications apportées en 2012 », lors du XIX gouvernement constitutionnel (coalition entre PSD et CDS-PP).

Le député a souligné que cette proposition est destinée à « valoriser » les travailleurs et, bien que ce ne soit pas la première fois que le PCP aborde cette question, « il est important de remettre cette question en discussion ».

Les employeurs « demandent constamment aux travailleurs ce travail extraordinaire », qui finit par ne pas être « correctement rémunéré », a-t-il ajouté.

Le diplôme entend également rétablir « le droit au repos compensatoire » après la fourniture d’heures supplémentaires.

Pour cela, il est proposé que « le travailleur qui effectue des heures supplémentaires un jour ouvrable ou un jour de repos hebdomadaire complémentaire ait droit à un repos compensatoire, correspondant à 25 % des heures de travail supplémentaires effectuées ».

Le jour de repos compensatoire est choisi par le travailleur, « sauf si cette nomination peut affecter de manière décisive l’organisation du travail par l’employeur, auquel cas elle doit être fixée d’un commun accord entre les parties ».

Le PCP entend également faire une distinction entre les jours de repos hebdomadaire, les samedis, dimanches ou jours fériés.

AFE // JPS

Le contenu du PCP veut le remplacement des valeurs dans le paiement des heures supplémentaires apparaît en premier dans Visão.