Le PCP et le Bloc de gauche réunissent ce dimanche les instances maximales respectives entre les congrès avec la proposition de budget pour 2022 au centre du débat.

Les conclusions de la réunion du Bureau national de BE seront présentées aujourd’hui par la coordinatrice du parti, Catarina Martins. Quant au PCP, le secrétaire général, Jerónimo de Sousa, présentera lundi le résultat du Comité central, dont l’ordre du jour est l’analyse de la « situation politique et sociale » dans le pays.

Samedi, une source de BE a déclaré que la commission politique du parti proposera un vote contre le budget de l’État pour 2022 – qui sera voté en général mercredi prochain – s’il n’y a pas de nouvelle approche du gouvernement.

Selon une source du Bloc, « le gouvernement n’a fait aucune nouvelle approche aux neuf propositions du parti » lors de la rencontre de samedi entre la direction bloquiste et le Premier ministre, António Costa.

Vendredi soir, la Commission politique du PS a estimé qu’il fallait continuer à être disponible pour approfondir les thèmes qui sont sur la table en vue de la faisabilité du Budget de l’Etat pour 2022 par les partis partenaires du Gouvernement et s’est engagée à une augmentation extraordinaire des retraites. à la valeur de 1 097 euros en janvier et d’augmenter le minimum vital de 200 euros.

A l’IRS, dans une réponse au PCP, le premier ministre, António Costa, a déclaré à l’issue de la réunion de la Commission politique socialiste que l’exécutif accepte une « augmentation du minimum vital de 200 euros, en plus d’une mise à jour régulière. à travers la formule du Code de l’IRS, couvrant plus de 170 mille personnes avec exemption ».

Il y aura aussi, selon le PS, une solution pour 235 000 ménages avec un salaire brut compris entre 9 315 euros et 10 200 euros qui ont un salaire net de l’IRS égal à ceux de ceux qui touchent 9 315 euros.

Dans les garderies, autre affaire du PCP, il y aura une gratification progressive selon le barème suivant : Première année (2022/23), première et deuxième années (2023/24), et première, deuxième et troisième années (2024 /25 ).

Quant au PCP, il a annoncé pour la première fois, depuis l’accord de gauche conclu il y a six ans, le vote contre en général, au cas où la proposition serait votée telle qu’elle a été livrée.

Cependant, le parti a déclaré au cours des dernières semaines qu’il restait la possibilité de changer le sens du vote, par des concessions qui répondent aux problèmes du pays, et se référant à la « résistance » du gouvernement à accepter les propositions des communistes.

A Lusa, le leader parlementaire, João Oliveira, a expliqué jeudi que la position du PCP cette année était cohérente avec l’attitude du gouvernement dans les moments de négociation, considérant que l’exécutif n’a pas fait preuve de la disponibilité des années précédentes.

Jeudi également, l’éditorial du journal officiel des communistes, Avante !, assurait que le « PCP ne cherche pas de prétexte pour voter contre l’OE » mais « il ne se dispense pas de garantir la réponse dont le pays a besoin pour faire face aux problèmes qui ils marquent la vie des travailleurs et des personnes ».