Lors d’une conférence de presse tenue aujourd’hui, le directeur artistique de la biennale, Tiago Manuel, a souligné que le projet vise à dépasser « l’égalité » prévue « dans la loi et la Constitution » et la « rhétorique » qui y est associée », ayant le « force symbolique » d’être la première œuvre d’illustration d’une « œuvre canonique » dans la littérature mondiale à être entièrement écrite par des femmes.

« Je peux dire avec fierté que le Portugal, un pays que j’aime et dans lequel je travaille, est le premier à réaliser une œuvre illustrée entièrement coordonnée par des femmes, pour une œuvre qui ne fait pas seulement partie du canon portugais, mais aussi mondiale. Dans l’illustration, le Portugal est l’un des pays les plus représentés. Nous avons des artistes qui travaillent pour le monde entier », a déclaré l’illustrateur, lors de la séance de présentation de l’œuvre, qui s’est tenue au Palácio Vila Flor, à Guimarães.

Prévue pour une sortie le 21 octobre, l’édition présente des illustrations des artistes Carolina Celas, Joana Rego, Joana Estrela, Madalena Matoso, Amanda Baeza, Inês Machado, Mariana Rio, Catarina Gomes, Marta Madureira et Marta Monteiro et un design élaboré de Joana Pires.

Ce casting, choisi par le jury des différents BIG awards parmi une liste plus large d’illustrateurs, donne un « regard très différent » de l’épopée de celui qui serait donné par les hommes.

Outre les illustrations, l’édition comporte également un texte adapté à la contemporanéité, grâce au travail de Rita Marnoto, professeur à la Faculté des Arts de l’Université de Coimbra, qui connaît bien l’œuvre de Camo.

« Un travail comme celui-ci implique des soins et des subtilités. La meilleure personne pour adapter le texte était l’enseignante Rita Marnoto, avec un travail très approfondi à Camões », a expliqué Tiago Manuel.

Lancée par l’éditeur Kalandraka, dédiée à la publication d’ouvrages illustrés, la première édition de la version illustrée d’« Os Lusíadas » comptera 1 200 exemplaires, dont 600 disponibles sur le marché du livre, au prix unitaire de 35 euros.

La responsable Margarida Noronha a déclaré qu’elle ressentait une « immense fierté » d’avoir dans le catalogue de l’éditeur une œuvre avec une « modernité graphique » qui peut porter le poème épique de Luís Vaz de Camões à différents « publics cibles ».

Parmi les exemplaires lancés, 300 seront distribués par l’Université du Minho, entité partenaire de ce projet. Pour le recteur Rui Vieira de Castro, il s’agit d’une manière pour les établissements d’enseignement supérieur d’être plus que des lieux où est dispensé « l’enseignement supérieur pour les personnes », et vise à « élargir les frontières de la connaissance ».

« [A Universidade do Minho] elle se veut aussi une institution qui intervient dans le développement culturel, social et économique. (…) Depuis le presbytère de l’université, nous avons déjà publié des ouvrages fondamentaux de la littérature portugaise, comme ‘Os Lusíadas’, pour commémorer le 30e anniversaire de l’Université du Minho [em 2003] », il se souvient.

Rui Vieira de Castro a également souligné que l’adaptation du texte de Camões au « portugais actuel » vise à « permettre un accès plus généralisé à un travail que les jeunes et la population en général n’atteignent pas toujours ».

Adelina Paula Pinto, conseillère chargée de la culture à la mairie de Guimarães, une entité qui distribuera 200 exemplaires dans les écoles du comté, a souligné que le travail des 10 illustrateurs appelle les lecteurs à « réinterpréter » le travail de Camões et à « regarder le monde avec de nouvelles fenêtres ».

En cours depuis le 11 septembre, la troisième édition de BIG court jusqu’au 31 décembre, après avoir déjà décerné le Prix Carrière, d’une valeur de 10 000 euros, à Cristina Reis, scénographe au Teatro da Cornucopia pendant quatre décennies, et le Grand Prix BIG, de cinq mille , à l’artiste Sebastião Peixoto.

TYME // MAG

Le contenu « Os Lusíadas » a une nouvelle édition illustrée par 10 femmes et « mise à jour du texte » apparaît en premier dans Visão.