1-1-e1669908198824-png
31524164_wm-6966252-8551766-jpg

Opération Lex : le débat pédagogique commence aujourd’hui

Une source liée à l’affaire a indiqué à l’agence Lusa que la séance du débat instructif, à la Cour suprême de justice (STJ), devrait être précédée d’une déclaration de l’ancien président de la Cour d’appel de Lisbonne (TRL) et désormais prévenu. Luís Vaz das Neves, qui a déposé une demande adressée au juge d’instruction, Sénio Alves, exprimant son intention de faire une déclaration à l’ouverture de l’audience.

L’enquête sur l’affaire Operação Lex a commencé en septembre avec l’interrogatoire des témoins listés par le vice-président du Benfica Fernando Tavares et l’avocat Jorge Rodrigues Barroso, tous deux accusés dans cette affaire qui est en cours au STJ en raison du fait que certains des les accusés sont des juges.

Parmi les accusés figurent trois anciens juges – Rui Rangel (expulsé par le Conseil supérieur de la magistrature), Fátima Galante (ex-femme de Rangel et mise à la retraite obligatoire par l’organe de gestion et de discipline des juges) et Luís Vaz das Neves (ancien président du TRL , entre-temps à la retraite) – ainsi que l’ancien président du Benfica Luís Filipe Vieira, le vice-président « incarné » Fernando Tavares et l’homme d’affaires José Veiga.

Sont en jeu dans ce processus les délits de corruption passive et active pour un acte illicite, la réception indue d’avantage, l’abus de pouvoir, l’usurpation de fonctions, la falsification de documents, la fraude fiscale et le blanchiment d’argent, selon le Bureau du procureur général (PGR) en a communiqué le 18 septembre 2020.

Dans cette affaire, Luís Vaz das Neves est responsable de corruption passive pour un acte illicite et d’abus de pouvoir, pour avoir prétendument violé ses devoirs fonctionnels d’impartialité avec l’ordre de la distribution manuelle des processus, permettant à Rui Rangel d’obtenir des avantages économiques illégitimes.

Rui Rangel est accusé de corruption passive pour un acte illicite, d’abus de pouvoir, de réception indue d’avantage, d’usurpation de fonctions, de fraude fiscale et de falsification de documents.

La juge Fátima Galante a été accusée de corruption passive pour un acte illicite en co-auteur avec son ex-mari Rui Rangel et d’abus de pouvoir également avec Rui Rangel.

Bruna Garcia do Amaral, l’ex-petite amie de Rui Rangel, est responsable de délits de fraude fiscale et de blanchiment d’argent avec cet ancien juge et avocat José Santos Martins.

Quant à Luís Filipe Vieira, l’accusation l’inculpe du crime de réception indue d’avantages en tant que coauteur avec Fernando Tavares et l’avocat Jorge Rodrigues Barroso.

L’huissier de justice Octávio Correia et son épouse, Elsa Correia, sont d’autres accusés dans l’affaire.

L’enquête sur l’opération Lex, qui a été menée par le procureur général adjoint du STJ Maria José Morgado (entre-temps à la retraite), s’est concentrée sur l’activité menée par Rui Rangel, Fátima Galante et Luis Vaz das Neves – qui, selon l’accusation, ont usé de leurs fonctions dans le rapport de Lisbonne pour obtenir des avantages indus, pour eux-mêmes ou pour des tiers.

Selon une note du PGR relative à l’accusation, afin de garantir le paiement des avantages obtenus par l’accusé, d’un montant supérieur à 1,5 million d’euros, la saisie des avoirs avait été demandée à l’époque.

Alors que l’enquête était en cours, le Conseil supérieur de la magistrature a décidé d’expulser Rui Rangel et de mettre Fátima Galante à la retraite d’office. Luís Vaz das Neves a pris sa retraite en 2016 et a été remplacé à la présidence de la cour d’appel de Lisbonne par Orlando Nascimento, qui a également démissionné de la présidence de cette juridiction supérieure.

Le procès Operação Lex était connu le 30 janvier 2018, lorsque cinq personnes ont été arrêtées et plus de 30 perquisitions ont été effectuées et provenaient d’un certificat extrait de l’affaire Operação Rota do Atlântico, qui impliquait l’homme d’affaires du football José Veiga, soupçonné de crimes de la corruption dans le commerce international, le blanchiment d’argent, la fraude fiscale et le trafic d’influence.

FC/JGO // JMR

Lusa/Fin

Articles récents