Chaque automne, notre groupe d'amis amateurs de vin organise un voyage de quatre à cinq jours. L'objectif est l'hédonisme pur – nous restons dans de merveilleux hôtels, mangeons beaucoup d'excellents plats et visitons un certain nombre de vignobles pour goûter leur produit et, espérons-le, trouver de nouveaux favoris.

Cette année, le virus a frappé. Nous avons tous été de bons petits garçons et filles jusqu'à présent, mais nous avons décidé qu'aucun bug misérable ne nous empêcherait de participer à nos tournées. Mais pour montrer que nous prenions la menace au sérieux, nous avons décidé de limiter notre voyage à l'Alentejo, l'une des régions les plus sûres du Portugal, sinon de toute l'Europe.

Donc, mardi dernier, nous étions en marche. Permettez-moi de vous inclure dans notre visite de quelques très bons vignobles de l'Alentejo. Vous voudrez peut-être reproduire cette visite par vous-même.

Deux heures de route pour monter l'IP2, à travers une très belle campagne automnale, et nous étions à Vidigueira, à 25 km au nord de Beja, où nous avons visité Herdade Grande, une cave de taille moyenne qui produit environ 500000 bouteilles par an. Nous avons eu un excellent déjeuner et une dégustation, grâce à Catarina Fonseca et Guida Martins (marketing@herdadegrande.com).

Après le déjeuner, nous avons visité Quinta do Carmo – non, pas la cave de ce nom, mais un charmant vieux manoir. Il a été donné à Vasco da Gama par D. Manuel I au début des années 1500, avec le titre de premier comte de Vidigueira, en récompense de la découverte par Gama de la route maritime vers l’Inde. Nous avons été fièrement montrés par la famille vivant actuellement dans la maison.

Mardi soir, nous étions dans la Pousada Castelo de Estremoz perchée au sommet de la vieille ville. Ce monument historique national a été construit pour D. Dinis I par sa reine Rainha Santa Isabel d'Aragon à la fin du 13ème siècle. Sa caractéristique la plus distinctive est l'imposante Torre das Três Coroas, visible à des kilomètres à la ronde. Il y avait très peu de clients de l'hôtel et nous avions la belle terrasse sous la tour pour nous seuls pour dîner en plein air.

Mercredi, après une promenade dans la vieille ville, nous avons parcouru la courte distance jusqu'à la cave Dona Maria de Júlio Bastos. Cette cave produit environ 200 000 bouteilles par an. Il est situé dans un très beau manoir baroque du début du 18ème siècle, entouré de beaux jardins. La légende raconte que la propriété a été acquise par D. João V pour la donner à sa maîtresse Dona Maria – d'où son nom. Notre dégustation, dirigée par Françoise Emery (francemery@donamaria.pt), s'est déroulée dans le magnifique salon carrelé de l'Alentejo.

Un petit saut et nous étions à la cave Encostas de Estremoz, dans la Quinta da Boa Esperança, où nous avons dégusté sept beaux vins, présentés par Bárbara Macedo (turismo@segurestates.com). La cave a fourni notre déjeuner de spécialités de l'Alentejo, accompagné, bien sûr, de leurs meilleurs vins. Cette cave de taille moyenne produit environ 500 000 bouteilles par an d'excellents vins.

Après le déjeuner, nous nous sommes dirigés vers notre troisième cave de la journée. Il s'agissait de la Herdade das Servas, une opération plus importante, produisant environ 1,5 million de bouteilles par an. Nous avons été bien traités par Carlos Novo (enoturismo@herdadedasservas.com), et encore une fois, nous avons dégusté en plein air sur une belle terrasse. Il y a quelque chose de très spécial à déguster des vins fins sous un ciel bleu azur sans nuages ​​et à en discuter avec des amis partageant les mêmes idées et le vigneron.

C'est une bonne chose que l'on ne boive pas vraiment les vins lors d'une dégustation, sinon nous aurions été complètement bouleversés maintenant!

Mercredi soir, nous étions à Arraiolos, une ville de 3500 habitants située à 25 km au nord d'Évora et surtout connue pour sa production depuis le moyen âge de tapisseries et tapis de laine faits à la main. Nous avons séjourné dans la Pousada Convento de Arraiolos, située dans un ancien monastère du 16ème siècle nommé Nossa Sra da Assunção.

Jeudi matin, après avoir regardé le Castelo de Arraiolos circulaire, qui a été construit par D. Dinis I en 1305, nous avons conduit quelques kilomètres au nord pour visiter Monte da Ravasqueira, l'une des propriétés viticoles les plus belles et les plus intéressantes de tout le Portugal. . Il est composé d'un grand groupe de bâtiments pittoresques blanchis à la chaux avec des garnitures bleues et beaucoup de lierre ornant les murs.

La ferme appartient à la famille José de Mello depuis trois générations et témoigne de l’amour de la famille pour les chevaux lusitaniens. En 1996, une équipe de quatre de leurs chevaux, conduite par Félix Brasseur, a remporté le championnat du monde de conduite en calèche en Belgique – le premier championnat jamais remporté par Lusitanos.

L'un des bâtiments abrite l'une des plus belles collections d'Europe de voitures historiques magnifiquement entretenues, dont une visite est toujours proposée et très intéressante.

Inês Crujo (enoturismo@ravasqueira.com) a fait une présentation détaillée des derniers et meilleurs vins de Ravasqueira. C’est une cave de cinq millions de bouteilles par an, c’est donc l’un des plus gros producteurs du Portugal. Cependant, malgré le volume, ils ont réussi à conserver la haute qualité attendue.

Notre déjeuner du jeudi était à une table de pique-nique sur la place principale d'Arraiolos, servi par le restaurant República do Petisco. Pour changer de goût, et parce que c'était une journée vraiment chaude, nous avons tous bu de la bière!

Après le déjeuner, nous sommes allés au sud d'Évora vers un autre de nos vignobles préférés – Adega Ervideira, où nous avons été pris en charge par Ana Banha (ana@ervideira.pt). Cette cave produit 600 000 bouteilles par an, dont l'un des meilleurs et des plus uniques vins blancs du Portugal. «Invisível» est un cépage unique fabriqué à partir d'Aragonês (connu en Espagne sous le nom de Tempranillo). C'est un raisin rouge et utilisé exclusivement pour produire des vins rouges. Mais Ervideira obtient un vin blanc de ses Aragonês, et «Invisível» est vraiment excellent.

Jeudi soir, nous avons passé dans la Pousada de Alvito, située dans un château du 15ème siècle classé monument national et considéré comme l'un des meilleurs exemples de l'architecture classique portugaise. Une belle bouteille de vin rouge local dans les jardins après le dîner était un moyen approprié de terminer une belle journée.

Vendredi matin, nous avons eu notre visite de vignoble la plus unique. Dans la ville voisine de Vila Alva, cachée discrètement dans un entrepôt de rue latérale, se trouve l'Adega do Mestre Daniel, mieux connue sous le nom de cave XXVI Talhas. Il s'agit d'un très petit producteur (moins de 10 000 bouteilles par an). L'ensemble de son vin est élaboré dans 26 grandes amphores d'argile, dont la plus ancienne remonte à 1845. Ricardo Santos (info.xxvi.talhas@gmail.com) nous a donné une excellente explication de sa manière très artisanale de faire du vin, et nous dégusté les deux blancs et deux rouges qu'il produit, en utilisant un mélange de cépages de très vieux vignobles. C'était une vraie trouvaille!

De Vila Alva, il faut environ cinq minutes sur la route de Vila de Frades, où nous avons rendu visite à un vieil ami, Quinta do Quetzal. Cette cave suisse alimentée par gravité produit environ 250 000 bouteilles par an sous la supervision de Reto Jörg (reservas@quintadoquetzal.com), l'un des leaders du commerce du vin de l'Alentejo. Nous connaissons Reto et Quetzal depuis de nombreuses années, et la dégustation de leur production actuelle, que nous avons adorée, suivie d'un excellent déjeuner, a été la fin de notre odyssée du vin de l'Alentejo.

Et donc, vendredi après-midi, nous avons redescendu l'IP2 vers la maison. Mais nous avons dû faire une dernière visite. Juste à l'ouest de Beja se trouve Monte Novo e Figueirinha, où nous nous sommes arrêtés pour dire «bonjour» à José Gonçalves (josegoncalves@figueirinha.pt). Bien qu’elle soit avant tout un domaine viticole, cette société produit l’une des meilleures huiles d’olive extra vierge du Portugal et nous ne pouvions pas passer sans en prendre plusieurs litres.

Au moment où nous avons atteint l'Algarve, nous pouvions revenir sur quatre jours de bonne bouffe et de bon vin. Et, main sur coeur, nous pourrions jurer que nous avons scrupuleusement observé tous les protocoles de sécurité Covid-19. Quelle vie!

Par Larry Hampton

Photos: LARRY HAMPTON

Pedro Bonito, un sommelier jeune mais très accompli, à Quinta do Quetzal
Ricardo Santos, propriétaire de XXVI Talhas, devant Talha V,
qui a 175 ans
Ana Banha d'Adega Ervideira
Déjeuner pour notre groupe, en pleine aire, sur la Praça da República à Arraiolos
Le musée de la calèche à Monte da Ravasqueira, montrant l'un des beaux arbres centenaires
qui distinguent la cour
Les vins de Herdade das Servas
Le manoir baroque de Dona Maria de Júlio Bastos
Françoise Emery, des vins Dona Maria, dans le manoir
La pousada Estremoz, avec la Torre das Três Coroas en évidence
Quinta do Carmo, Vidigueira, dernière maison et lieu de sépulture de Vasco da Gama, 1er comte de Vidigueira
De gauche à droite: Linda et David Grindley, Helga et Larry Hampton et Judith et Nigel Adams à Herdade Grande

Le post Nous pouvons pleurnicher sur Covid… ou nous pouvons vin et dîner est apparu en premier sur Portugal Resident.