1-1-e1669908198824-png
39685359_wm-1107822-5233163-jpg

OE2023 : BE souhaite une demande d’hébergement d’urgence pour les étudiants de l’enseignement supérieur

Avec des affiches où l’on pouvait lire « Je ne veux pas choisir entre étudier et vivre », « 400 euros pour une chambre ce n’est pas un loyer, c’est du vol » ou « Lisbonne n’est pas à vendre », un groupe de jeunes de BE s’est constitué aujourd’hui plusieurs tentes dans la zone de la ville universitaire de Lisbonne pour attirer l’attention sur le manque de logements pour les étudiants de l’enseignement supérieur, une initiative à laquelle a participé Catarina Martins.

« Ce que nous allons proposer, c’est que dans le budget de l’État pour 2023, il y ait des mesures de deux types. Le premier, la demande urgente de logement là où c’est nécessaire pour que les gens n’abandonnent pas les études et le second une augmentation de l’action sociale scolaire, non seulement en termes de valeur, mais aussi pour toucher plus de personnes qui ne peuvent pas en payer le prix des logements tels qu’ils sont en ce moment », a-t-il annoncé dans des déclarations aux journalistes.

L’objectif de ces propositions est, selon le leader blockiste, « d’empêcher les gens de renoncer aux études supérieures », considérant qu' »on ne peut pas attendre 2026″, date indiquée par le Gouvernement pour le programme de résidence universitaire.

« Et c’est important de le répéter pour que tous les députés, tous les partis comprennent que ce n’est pas la peine d’entrer dans un Budget de l’Etat et de dire qu’en 2026 il y aura des logements pour les étudiants. C’est maintenant qu’il faut se loger pour que cette génération ne soit pas obligée d’abandonner l’enseignement supérieur », a-t-il souligné.

Catarina Martins a rappelé que la « bonne nouvelle » était « célébrée et bien » qu’autant d’étudiants ne soient jamais entrés dans l’enseignement supérieur comme cette année.

« Ce qui n’est pas dit dans cette nouvelle, c’est qu’alors un sur 10 ne s’est pas inscrit. Ils ont réussi à entrer dans l’enseignement supérieur, mais un sur 10 ne s’est pas inscrit, entre autres raisons, et c’est la principale, car il est impossible de trouver un logement à un prix abordable pour les familles, les jeunes », a-t-il déclaré.

Estimant que « c’est un énorme problème », le dirigeant de BE a prévenu qu' »au fur et à mesure de l’année scolaire, si rien n’est fait, le nombre de jeunes contraints de quitter l’enseignement supérieur va augmenter ».

« C’est comme ça chaque année. Cette année, la situation est plus grave que jamais car de nombreux logements qui étaient traditionnellement disponibles pour les étudiants sont désormais des logements locaux et d’autres offres touristiques et les étudiants se retrouvent sans logement », a-t-il déclaré.

Le gouvernement, selon Catarina Martins, « a parlé de son programme de résidence, mais le programme qui devait être prêt en 2022 a maintenant été reporté à 2026 ».

« Avoir des résidences publiques en 2026 est très important, mais cela ne résout pas le problème pour ceux qui sont maintenant dans l’enseignement supérieur. Ça ne peut pas attendre 2026, il faut des logements maintenant », a-t-il insisté, critiquant que la semaine dernière, au parlement, le PS a rejeté « toutes les propositions de réponse urgente au logement étudiant ».

JF // JPS

Articles récents