« La proposition ne l’aime pas. Nous attendons depuis de nombreuses années un signe du gouvernement dans la valorisation de la carrière policière et cette valorisation se fait par la partie rémunération », a déclaré à l’agence Lusa Paulo Santos, président de l’Association syndicale des professionnels de la police (ASPP/PSP). .que « c’était un signe important d’encouragement et d’encouragement aux professionnels qui ont contribué à ce que le pays continue d’être sûr ».

En réaction à la proposition de budget de l’Etat pour 2022 remise lundi au parlement et qui prévoit une croissance de 8% pour la sécurité intérieure avec un budget de 2.311 millions d’euros, Paulo Santos a déploré que le gouvernement maintienne la hausse à 69 euros par mois du supplément pour service et risque, en attendant que les groupes parlementaires proposent une modification de ce montant.

Le président de l’ASPP a indiqué que le syndicat tiendra des réunions avec les groupes parlementaires pour qu’il puisse y avoir « de l’espace et du changement à la valeur » qui correspond à ce que défend l’ASPP et qui est de 200 euros en 2022.

« En plus de la question du supplément de risque, nous sommes également inquiets car une fois de plus le budget de l’État maintient des limitations de préretraite, ce qui nous semble erroné. Nous défendons que l’OE n’est pas considérée comme une loi interdisant les droits des professionnels », a-t-il affirmé.

Paulo Santos a exprimé des doutes sur « l’imposition d’une règle inscrite dans le statut professionnel de la PSP concernant la préretraite », considérant que continuer à imposer des restrictions et des contraintes montre que le gouvernement « est complètement inconscient de ce qui se passe dans la PSP » , qui a de plus en plus une efficacité.

Selon la proposition de l’OE 2022, le passage à la préretraite dans la PSP restera tributaire des admissions l’année prochaine.

Le document met également en évidence l’augmentation de 69 euros par mois du supplément de service et de risque pour les militaires de la Garde nationale républicaine et les personnels de police de la Sûreté publique, rendant compte de la dépense que ces deux forces de sécurité devront supporter. à partir de 2022.

Le président de l’ASPP s’est également dit « attristé que le ministère de l’Administration intérieure continue d’invoquer une somme qui ne provient pas du budget de l’État, mais des services sociaux » des forces de sécurité pour réaliser l’investissement de 10 millions d’euros dans les infrastructures de logement pour le forces de sécurité, une mesure qui était déjà prévue dans le budget de l’État 2021.

Dans le document de cette année, le gouvernement avance qu’il compte lancer, d’ici le troisième trimestre 2022, des appels d’offres publics pour la construction de logements pour les éléments PSP et GNR déplacés et commençant leurs fonctions.

« Plus sérieux que de pousser pour l’année 2022 fait référence à une valeur qui appartient aux services sociaux du PSP et du GNR », a-t-il déclaré.

Paulo Santos a également exprimé des doutes quant à la réalisation de certaines mesures prévues dans l’OE pour 2022, telles que l’admission de 2 500 nouveaux éléments dans les forces de sécurité.

CMP // ZO

Contenu OE2022 : Le syndicat PSP mécontent du montant de la subvention à risque et des restrictions de préretraite apparaît en premier dans Visão.