Le président de la République a refusé aujourd’hui de parler davantage des négociations du budget de l’État pour 2022 et d’une éventuelle crise politique, considérant qu’il faut désormais attendre ce qui se passera dans les prochains jours.

Interrogé par des journalistes à sa sortie de la Santa Casa da Misericórdia de Lisbonne, Marcelo Rebelo de Sousa a répondu : « Aujourd’hui, je n’ai rien, rien, rien à dire de plus.

« Je n’ai plus rien à dire à ce sujet. J’ai beaucoup dit, attendons maintenant les prochains jours », a ajouté le chef de l’Etat, sur l’insistance des médias, qui l’ont interrogé notamment sur les négociations entre le gouvernement et le Bloc de gauche (BE).

A la Santa Casa da Misericórdia de Lisbonne, le Président de la République a participé à la séance de lancement du livre « Qu’as-tu fait avec ton frère ? », un ouvrage posthume qui rassemble des textes d’Alfredo Bruto da Costa, édité par Editorial Cáritas , avec le sous-titre « Um regard de foi sur la pauvreté dans le monde ».

Samedi soir, dans des déclarations au SIC et à la RTP, au Palácio da Cidadela, à Cascais, Marcelo Rebelo de Sousa a défendu qu’il avait fait ce qu’il pouvait, en public et en privé, pour éviter une crise politique avec les partis et a déclaré qu’il attendait un dialogue sur le budget dans les prochains jours.

Le chef de l’Etat, qui accueillait vendredi les neuf partis détenant des sièges parlementaires, a rappelé que « l’alternative à une modification du Budget est évidemment une élection anticipée » et dans sa perspective « non seulement le scénario le plus souhaitable mais le plus naturel n’est pas être une crise politique ».

Mercredi, après que le PCP et BE aient agité leur vote contre le projet de budget de l’État 2022 du gouvernement en général, le président de la République a estimé que « les gens devraient réfléchir à deux fois aux conséquences des mesures qu’ils prennent ».

Une avance budgétaire conduirait « très probablement » à la dissolution du parlement et à des élections législatives anticipées, avec « six mois de repos dans la vie nationale », a-t-il prévenu, arguant que « le gouvernement pourrait difficilement continuer à gouverner avec le budget de cette année divisé par douze , sans fonds européens ».

Le vote sur la proposition du gouvernement pour le budget de l’Etat pour 2022 en général est prévu pour le 27 de ce mois.

IEL //

Le contenu OE2022 : « J’en ai beaucoup dit, attendons les prochains jours maintenant », déclare le Président de la République qui apparaît en premier à Visão.