« Le prix de l’énergie au Portugal s’est aggravé ces derniers mois, il n’a pas cessé d’augmenter, il est monté en flèche. Cela a également un impact brutal sur les budgets des familles et des entreprises », a déclaré Francisco Rodrigues dos Santos dans des déclarations aux journalistes au bout d’une rue de Torres Novas (district de Santarém), dans le cadre de la campagne du 26 septembre. élections municipales. .

Selon lui, le gouvernement « devrait immédiatement entamer des négociations au parlement afin que le prochain budget de l’Etat réduise les impôts sur les deux factures, que ce soit pour le carburant ou l’électricité ».

Evoquant le projet de loi présenté par le CDS-PP en vue de supprimer la hausse de la taxe sur les produits pétroliers (ISP), rejeté aujourd’hui au parlement, le leader démocrate-chrétien a affirmé que le parti « a fait cette partie en matière de carburant » .

« Maintenant, en matière d’électricité, je crois que puisque ce dossier traîne depuis deux ans, il serait temps de le rouvrir, en cherchant un dialogue avec toutes les forces politiques pour qu’il y ait une baisse responsable des impôts et accueillir cette baisse aussi réduire les dépenses de l’Etat pour faciliter la vie des familles et des entreprises sur la facture d’électricité », s’est-il défendu.

A l’heure où le Gouvernement promet « tout à tout le monde » et tire « les budgets de l’Etat à genoux, toujours avec des partenaires d’extrême gauche », il est « important d’ouvrir la baisse de la facture d’électricité à la discussion avec la droite aussi ». ”.

Francisco Rodrigues dos Santos a souligné qu' »un Portugais qui paie 50% de la facture de taxes sur son électricité est un scandale, c’est un butin, c’est un assaut sur le portefeuille » et « c’est une bombe à retardement pour les entreprises et les familles, surtout quand l’hiver approche ».

« Et nous parlons d’un bien de première nécessité. Cela doit changer car ce n’est absolument pas pratique », a-t-il ajouté.

Le président du CDS-PP a également déclaré que « le Gouvernement a systématiquement évité cette question et il est normal qu’en période de campagne, n’ayant pas de solution au problème, il préfère ne pas en parler ».

L’électricité augmentera à partir du 1er octobre, l’Autorité de régulation des services énergétiques (ERSE) fixant une augmentation de 1,05 euro par mois pour la majorité des consommateurs du marché régulé.

L’un des frais inclus dans la facture d’électricité est la contribution audiovisuelle, qui finance le service public de radiodiffusion et de télévision, et Francisco Rodrigues dos Santos a estimé que « la cacher dans la facture d’électricité n’est pas de bonne foi aujourd’hui ».

Soulignant que « c’est une discussion qu’il faut avoir au parlement, car il y a beaucoup de Portugais qui paient la redevance audiovisuelle et n’ont même pas de télévision », le leader centriste a fait valoir qu’il est possible de « trouver d’autres moyens de financer RTP autrement que par la facture d’électricité », mais a souligné que la station devait rester dans la sphère publique.

Concernant la proposition du CDS sur l’ISP, qui a été rejetée aujourd’hui, Rodrigues dos Santos a critiqué que « le gouvernement ne veut pas renoncer à une politique d’escroquerie et de retrait fiscal et d’assaut sur le portefeuille portugais, comme il l’a fait, et préfère continuer pénaliser constamment les individus, au lieu de montrer l’exemple et d’alléger le budget des familles et des entreprises ».

FM