Le journal Eco a rapporté que, dans le cadre du budget de l’État pour l’année prochaine, le gouvernement négocie avec les partis de gauche l’inclusion obligatoire des revenus dans l’IRS, ce qui pourrait signifier une augmentation d’impôt pour de nombreux propriétaires.

« Cette proposition est un coup de hache pour la location de logements au Portugal et une bombe à retardement pour les familles car elle augmentera fiscalement les loyers des propriétaires, car elle amènera les propriétaires à augmenter la valeur des loyers en augmentant la taxe et retirera les logements du marché du logement », a déclaré Francisco Rodrigues dos Santos.

Le leader du CDS s’adresse aux journalistes en marge d’une rue de Vale de Cambra, dans le district d’Aveiro, dans le cadre de la campagne officielle pour les élections locales de dimanche.

Rodrigues dos Santos a anticipé que les propriétaires « augmenteront naturellement la valeur des loyers en augmentant la taxe, et beaucoup d’entre eux ne mettront même pas leur maison sur le marché locatif », craignant également que « le bail informel n’augmente car le bail formel n’est pas compensatoire ni pour les propriétaires ni pour les locataires ».

« Au Portugal, la location et le logement sont déjà très taxés, ce dont nous avons besoin, c’est d’alléger les impôts pour augmenter l’offre, réduire la valeur des loyers et inciter les propriétaires à mettre des logements sur le marché du logement », a-t-il défendu.

Soulignant que « 60 % des loyers sont taxés », le centriste a critiqué que « c’est un assaut sur le portefeuille des Portugais à remettre à l’Etat » et a également déploré que « seulement un tiers des loyers au Portugal est fait à des prix abordables ».

Parlant d’une « dictature fiscale sur le crédit-bail », Francisco Rodrigues dos Santos a déclaré que cette proposition, si elle est confirmée, est « un crime que l’extrême gauche commet en raison de son appétit vorace pour l’argent des contribuables, pour l’agression, par la dépossession ”.

« Cela grève encore plus d’impôts un bail qui est déjà très taxé au Portugal », a-t-il ajouté.

Soulignant que « ceux qui ont de faibles revenus, à savoir les jeunes en bas âge qui souhaitent accéder à un logement abordable, seront exclus de cette possibilité d’avoir leur propre maison ou devront payer des loyers beaucoup plus élevés », Rodrigues dos Santos a souligné que « cette est la conséquence de ce coup que le PS et l’extrême gauche sont en train de faire au Portugal en matière de leasing ».

A l’occasion, le président du CDS-PP a également été invité à commenter les propos du secrétaire général du PS, qui a déclaré qu’en matière de politique du logement, « le PSD et le CDS avaient l’illusion qu’avec les Cristas loi, le marché produirait le miracle de garantir un logement abordable pour tous ».

« Eh bien, il a été prouvé, pour ceux qui avaient des doutes, que le marché n’a pas seulement une main invisible, il a une main très visible : c’est la main de la spéculation et de l’exclusion du droit au logement de beaucoup, beaucoup de familles », a souligné António Costa.

En réponse, Francisco Rodrigues dos Santos a indiqué que « la main invisible que le marché du logement a au Portugal s’appelle l’État et ils s’appellent les impôts, appelés IMI, IMT, IVA ».

« C’est la grande spéculation, la spéculation du braquage et l’assaut sur le portefeuille portugais que fait l’Etat à travers les taxes qu’il pratique sur le marché du logement », a-t-il souligné.

FM // SF

Le contenu OE2022 : CDS dit que l’agrégation obligatoire sera « une hache sur le marché » du crédit-bail apparaît en premier dans Visão.