L'Association nationale des producteurs et importateurs d'engrais (ANPIFERT) a contesté aujourd'hui l'augmentation du taux de TVA sur les engrais non organiques et les engrais synthétiques de 6% à 13%, arguant que cela aura un impact négatif sur les petits agriculteurs.

«L'ANPIFERT conteste la proposition du PAN, parti Peuple-Animaux-Nature, d'augmenter le taux de TVA de 6% à 13% sur les engrais synthétiques et non organiques, qui a été présentée en contrepartie de l'approbation du Budget de l'Etat pour 2021 Cette mesure aura un impact direct et négatif sur les petits agriculteurs, qui se comptent par dizaines de milliers, et qui représentent une grande partie du tissu agricole national », a défendu, dans un communiqué, l'association.

Pour les producteurs et les importateurs, il s'agit d'une sanction «injuste et injustifiée» pour l'activité de nombreux agriculteurs, compte tenu du fait que beaucoup ont un chiffre d'affaires réduit et que des fonds seront conservés.

En outre, cette mesure augmentera la pression des distributeurs et des agriculteurs, «qui devront disposer de plus de liquidités pour rembourser les dettes envers leurs fournisseurs».

Selon l'association, la conséquence sera un «recours accru» au crédit.

«Nous ne pouvons accepter une proposition qui aura un impact fort et négatif sur l'activité des petits agriculteurs, avec lesquels nous traitons quotidiennement et qui, en règle générale, sont déjà confrontés à suffisamment de difficultés économiques. Il est garanti qu'avec cette augmentation, qui n'est en aucun cas durable, il y aura des conséquences graves pour le secteur agricole portugais et, par conséquent, pour la société », a déclaré le président de cette association, Jorge Nogueira, cité dans le même document.

L'ANPIFERT a fait valoir que le développement de l'agriculture biologique «ne peut se faire contre» l'agriculture conventionnelle, puisque la première n'a aucune capacité de production pour remplacer la seconde et que, économiquement, les produits biologiques ne sont pas disponibles la plupart des consommateurs.

D'autre part, l'association souhaite «une clarification essentielle» concernant l'impact environnemental des engrais organiques, qui, selon elle, ne sont pas encore «synonymes d'écologie».

Comme il l'a souligné, les engrais organiques "ne sont pas exempts de risques environnementaux", si bien que le remplacement des engrais synthétiques par des engrais organiques peut poser "de sérieux problèmes dans les quantités nécessaires pour fournir les nutriments qui satisfont les besoins des cultures".

Les producteurs et les importateurs ont également noté que la combinaison et le traitement d'informations telles que l'analyse des sols, les besoins nutritionnels, l'équilibre des nutriments dans le sol et les moments d'application des engrais, associés à des outils de suivi «garantissent une contribution décisive à la durabilité économique. et environnemental ».

L'augmentation de la TVA sur les engrais synthétiques et les engrais non organiques a été proposée par le PAN et saluée par le gouvernement d'António Costa dans la discussion sur la spécialité du budget de l'État (OE) pour 2021.

Mardi, le ministre de l'Agriculture a assuré que la hausse du taux de TVA sur les engrais entend encourager l'utilisation de formes biologiques.

"Cela n'a aucun sens de regarder cette question (…) comme (si c'était le cas) de rendre les engrais plus chers, ce qui est sur la table, c'est de créer les conditions pour que cette situation conduise à l'utilisation de formes plus organiques qui existent", a-t-il défendu, à l'époque, en réponse au CDS-PP, Maria do Céu Antunes lors d'une audition parlementaire conjointe avec les commissions du budget et des finances et de l'agriculture et des Maritimes.

Dans une intervention ultérieure, le ministre a ajouté que l'exécutif entend développer des politiques publiques «qui changent la façon de faire des choix», visant un système économique et social durable.

La Confédération nationale des coopératives agricoles et du crédit agricole du Portugal (Confagri) et la Confédération nationale de l'agriculture (CNA) ont également rejeté cette augmentation.

Le 12 octobre, le gouvernement a déposé, au parlement, le projet de loi de l'OE 2021, qui prévoit, pour cette année, une récession de 8,5% et une croissance de l'économie de 5,4% en 2021 et 3,4 % en 2022, «année où un niveau de PIB est atteint équivalent à celui enregistré lors de la crise pré-pandémique».

PE // EA

Le contenu OE2021: Les producteurs et les importateurs contestent l'augmentation de la TVA sur les engrais apparaît en premier à Visão.