Le cortège funèbre de l’ancien chef de l’Etat Jorge Sampaio, décédé vendredi, est arrivé dans l’ancienne arène royale, à côté du palais de Belém, à 11h10, la veillée étant ouverte au public vers 12h30.

Depuis, plusieurs personnes, dont beaucoup d’anonymes, mais aussi diverses personnalités du monde politique et d’ailleurs, ont visité l’ancien Museu Nacional dos Coches pour rendre leur dernier hommage à Jorge Sampaio.

Après une faible fréquentation pendant l’heure du déjeuner, la file d’attente à l’ancienne arène royale a commencé à augmenter vers 16h00, arrivant au Musée de la Présidence.

Des dizaines de couronnes de fleurs sont également arrivées depuis le matin à l’endroit où se trouve le corps de Jorge Sampaio dans une chambre en feu.

«C’était un président très affectueux. Le Portugal perd un grand ami du peuple », a-t-il déclaré à l’agence Lusa José Gomes, qui est allée rendre le dernier hommage à Jorge Sampaio avec sa fille.

Dans la file d’attente, il a avoué que Jorge Sampaio était « sans aucun doute le meilleur président du Portugal », caractérisant toujours l’ancien chef de l’Etat comme une « personne simple et ami du peuple ».

« C’est une très grosse perte », a-t-il affirmé.

Avec un bouquet de fleurs à la main, Manuel n’hésite pas à faire la queue pour donner sa reconnaissance et remercier l’homme qui « a apporté une énorme contribution à la société qui existe aujourd’hui au Portugal ».

« Ce qu’il a fait avec les Syriens, avec les réfugiés, aux Nations Unies, c’était un grand homme, un grand Portugais. Je pense que nous vous devons tous beaucoup. Le pays que nous avons aujourd’hui a été construit par des gens comme lui », a-t-il souligné à Lusa.

À son tour, Maria Teresa a souligné à Lusa « le côté humain, la fermeté et le caractère » de Jorge Sampaio.

« Seul quelqu’un dont on ne se souvient pas meurt, il est dans notre cœur », a souligné Maria Teresa.

Pour Cristina Mendes da Silva, Jorge Sampaio était un homme qui a fait « beaucoup pour le Portugal et a fait la différence en tant que président de la République, mais aussi en tant qu’homme politique, homme et avocat ».

« Il a fait beaucoup pour notre pays, en particulier pour les personnes qui en ont le plus besoin et pour le bien de la liberté. Je pense que nous tous, Portugais, avons beaucoup à vous remercier, surtout dans un pays qui se veut démocratique, libre et où les gens ont des droits égaux », a-t-il déclaré à Lusa, en faisant la queue, soulignant qu’il restera « pour toujours dans l’histoire du pays ».

Cristina Mendes da Silva a souligné « presque tout sur la carrière » de Jorge Sampaio, mais a surtout salué « le souci des étudiants, le rôle important qu’il a joué avec Timor et maintenant son dernier appel aux femmes afghanes ».

Sílvia Guerreiro est allée à la veillée de Jorge Sampaio avec son mari et ses trois filles, qui étaient encore des enfants, et a expliqué : « Nous sommes venus en famille pour rendre notre dernier hommage. J’espère que cette petite et symbolique visite ici laisse à nos filles l’idée de comprendre un peu plus qui était Jorge Sampaio ».

Sílvia Guerreiro a déploré à Lusa que l’ancien président de la République n’ait pas « laissé son empreinte dans le pays et dans le monde ».

Soulignant l’humanité, l’attitude et la vie simple de Jorge Sampaio, Sílvia Guerreiro le considérait comme une « personne rare », qui « aurait dû aller à l’école et laisser plus d’héritiers dans sa position politique ».

« C’est pour cela que la politique existe, pour servir le peuple. Il a très bien servi le peuple et parfois même avec son propre sacrifice », a-t-il déclaré.

La veillée est ouverte au public jusqu’à 23h00 aujourd’hui.

L’ouverture au public de la veillée a eu lieu après que les trois plus hautes personnalités de l’Etat – Président de la République, Président de l’Assemblée de la République et Premier ministre – aient accompagné l’arrivée et l’entrée du cercueil dans l’ancienne arène royale, ensemble avec la famille de Jorge Sampaio.

Jorge Sampaio, ancien secrétaire général du PS (1989/1992) et président de la République (1996/2006), est décédé vendredi, à l’âge de 81 ans, à l’hôpital de Santa Cruz, à Carnaxide, Oeiras, où il était hospitalisé depuis 27 août, suite à des difficultés respiratoires.

Le gouvernement a décrété trois jours de deuil national, entre aujourd’hui et lundi, et des cérémonies funéraires nationales.

Les funérailles de Jorge Sampaio, avec les honneurs de l’État, ont lieu dimanche, précédées d’un hommage au Mosteiro dos Jerónimos, à Lisbonne.

CMP // SF

Le contenu Óbito/Sampaio : Les citoyens sont reconnaissants et louent le côté humain de Jorge Sampaio apparaît en premier dans Visão.