L’ancien président de la République António Ramalho Eanes a rappelé aujourd’hui Jorge Sampaio comme l’une des « plus grandes figures de la vie politique contemporaine » au Portugal et comme un homme qui a fait preuve d’un « engagement courageux pour défendre les idéaux démocratiques ».

« Jorge Sampaio est, avant tout, en méritant la continuité et l’unité dans l’action civique et l’action politique, l’une des plus grandes figures de la vie politique portugaise contemporaine », a déclaré le général Ramalho Eanes, dans une déclaration dans son bureau à Lisbonne.

En son nom et celui de son épouse, Maria Manuela Ramalho Eanes, a présenté à la famille, « en particulier à sa femme et ses enfants, ses sincères condoléances ».

Le général a décrit Sampaio comme « un compagnon extrêmement important et inspirant » dans la lutte pour « mettre en œuvre la démocratie » dans le pays.

L’ancien chef de l’Etat a décrit Sampaio comme un homme de « valeurs et convictions humanistes, s’exprimant dans la pensée et l’action », qui « a très tôt montré son engagement courageux pour la défense des idéaux démocratiques ».

Le général Ramalho Eanes a rappelé que le combat de l’ancien président Jorge Sampaio pour la démocratie avait commencé alors qu’il était encore étudiant, alors qu’il jouait un « rôle important » dans la « lutte universitaire contre le régime ».

« Il l’a fait plus tard, en tant qu’avocat, dans la défense juridique des persécutés politiquement. Il l’a fait, avec une unité et une continuité cohérentes, après avril », a-t-il ajouté.

Jorge Sampaio, a poursuivi le général, « a créé des organisations politiques, certainement conscientes qu’elles sont mieux réorganisées et a défendu le débat politico-idéologique, qui informe, clarifie, sensibilise, mobilise et apporte la tolérance – tout cela indispensable à une démocratie qui est elle entend être constamment approfondie ».

Sampaio s’est également présenté à la présidence de la Chambre de Lisbonne, de l’avis de Ramalho Eanes, car il s’est rendu compte qu’à travers le poste « plus il serait facile de dialoguer avec la société civile, avec ses organisations, plus il serait facile de les mobiliser pour que, par le dialogue, la coopération, la critique, voire la contestation, ils constituaient une source et un moteur de la gouvernance municipale ».

Dans ce contexte, la direction de la commune s’est ouverte à « une certaine pluralité de partis », à travers la coalition « Por Lisboa » avec le PCP.

Le général Ramalho Eanes a également salué la création, par Sampaio, de la plateforme qui permet aux réfugiés syriens de poursuivre leurs études universitaires, « leur permettant ainsi un avenir d’espoir et une intervention dans la conquête de la paix dans leur pays ».

Cette plate-forme, cependant, étendue aux réfugiés afghans, fait partie de l’héritage de Sampaio qu’Eanes aimerait voir consolidé.

« C’est précisément grâce à Jorge Sampaio l’hommage que le pays lui rend désormais. Hommage qui pourrait se poursuivre à travers la redynamisation de son projet de soutien à l’enseignement universitaire pour les réfugiés au Portugal. Je crois que cela serait possible grâce aux institutions de la société civile, à savoir une fondation dédiée à cette fin », a-t-il conclu.

Jorge Sampaio, ancien secrétaire général du PS (1989/1992) et président de la République (1996/2006), est décédé vendredi, à l’âge de 81 ans, à l’hôpital de Santa Cruz, à Carnaxide, Oeiras, où il était hospitalisé depuis 27 août, suite à des difficultés respiratoires.

La veillée et les funérailles sont prévues aujourd’hui, avec les honneurs de l’État, qui auront lieu dimanche, précédées d’un hommage national au Mosteiro dos Jerónimos, à Lisbonne.

AFE // ACL

Le contenu Óbito/Sampaio : Eanes évoque l’une des « plus grandes figures » de la démocratie portugaise et l’engagement « courageux » pour sa défense apparaît d’abord dans Visão.