Le réalisateur portugais Alfredo Tropa, auteur de documentaires et d'émissions de télévision, tels que "Povo que Canta", qu'il a réalisé avec l'ethnomusicologue Michel Giacommetti, est décédé aujourd'hui à l'âge de 81 ans, a annoncé la Portuguese Cinema Academy.

Graça Fonseca rappelle le parcours d'Alfredo Tropa, depuis son arrivée à Coimbra, en 1960, pour fréquenter la Faculté des sciences, lorsque son intérêt pour le cinéma et le mouvement des ciné-clubs a été confirmé, et son entrée l'année suivante, à l'Institut des Hautes Études Cinématographiques, à Paris, où il s'est spécialisé en cinéma.

Le ministre de la Culture rappelle également le réalisateur parmi les fondateurs du Centro Português de Cinema, "qui a joué un rôle central" dans l'affirmation de Cinema Novo au Portugal.

En 1968, Alfredo Tropa rejoint le personnel de Rádio Televisão Portuguesa «où l'essentiel de son activité cinématographique a eu lieu, notamment dans la réalisation de la série télévisée« Povo que Canta », qui documente le travail de l'ethnologue et musicologue Michel Giacometti, faisant ainsi connaître le pays possède une diversité considérable de lieux de travail et un important patrimoine immatériel menacé d'extinction », écrit Graça Fonseca.

Au RTP, il était également responsable du service des archives et de la documentation, «reflétant son intérêt analytique pour la préservation du patrimoine cinématographique national», souligne le ministre de la Culture.

Titulaire du diplôme de commandeur de l'Ordre de l'Infant D. Henrique, le 9 juin 2000, "Alfredo Tropa restera dans les mémoires comme une figure importante de la télévision portugaise et de la cinématographie nationale".

Cette année «sera l'une de celles honorées par l'Académie portugaise du cinéma avec le Prix Sophia de Carreira, en tant que l'un des fondateurs du Centre du cinéma portugais», conclut le ministre de la Culture.

Le réalisateur portugais, décédé à l'âge de 81 ans, a commencé sa carrière en tant que réalisateur adjoint pour les films fondateurs de Cinema Novo, tels que "Mudar de Vida", de Paulo Rocha, et "Uma Abelha na Chuva", de Fernando Lopes, un mouvement dans lequel son expression est incluse.

Sa filmographie comprend des courts métrages tels que «Regata» (1968), «Um Homem, Uma Obra» (1973) et les longs métrages «Pedro Só» (1970) et «Bárbara» (1979).

«Figueira – Um Amor Correspondido» (1974), «Beja – Un peuple qui se lève» (1975), «O Povo ea Arte» et «O Povo ea Futuro» (tous deux de 1975), «Não Parar o País ! Régionalisation »(1976),« Uma Maré de Moliço »(1977),« A Getway to Europe »(1979),« Self of Creation and the Birth of the World »(1979),« Le Soleil de Beton »(1987) sont autres titres de son œuvre.

Il a également réalisé des documentaires consacrés à des figures des lettres et des arts portugais tels qu'Alexandre Herculano, Padre António Vieira et Bernardo Marques.

Pour RTP, il réalise, entre autres productions de fiction, le téléfilm «Luísa e os Outros» (1987), intégré à la série «Fados».

MAG (AFE) // JPF

Le contenu Óbito / Alfredo Tropa: le ministre de la Culture rappelle qu'un personnage important de la cinématographie nationale apparaît d'abord à Visão.