Dans la note publiée par la Commission portugaise du marché des valeurs mobilières (CMVM), la banque (maintenant novobanco) a indiqué que « le différend entre le Fonds de résolution et novobanco concernant la décision de mettre pleinement en œuvre IFRS 9 a été décidé par le tribunal arbitral en sa défaveur » .

Néanmoins, « il ressort clairement de la décision de la Cour d’arbitrage que novobanco a pris toutes les décisions de manière légitime et de bonne foi, et le droit de novobanco d’avoir opté pour la mise en œuvre complète d’IFRS 9 en inversant le régime transitoire a également été reconnu ».

Dans le même communiqué, l’institution dirigée par António Ramalho a expliqué que « le tribunal arbitral a considéré que la question litigieuse n’était pas expressément prévue dans le contrat et, dans cette mesure, le tribunal a estimé que le novobanco ne pouvait pas répercuter le coût de la décision. de revenir au régime transitoire d’IFRS 9 en matière d’appels de capitaux prévu dans le mécanisme de capital contingent ».

Ce régime pourrait être en vigueur jusqu’au 31 décembre 2022, selon la banque.

L’institution a également relevé que « cette décision repousse la déduction des fonds propres CET 1 relative à IFRS 9 de 132 millions d’euros estimés en 2021, comme la Banque le prévoyait, à 66 millions d’euros en 2021 et 66 millions d’euros en 2022 ».

Mardi, la Cour d’arbitrage a approuvé le Fonds de résolution dans le litige avec Novo Banco, qui s’élevait à 169 millions d’euros.

« Le Tribunal arbitral a considéré que l’intention exprimée par Novo Banco, en 2019, de renoncer au régime transitoire lié à l’introduction d’IFRS 9, n’est pas compatible avec l’équilibre contractuel sur lequel repose le Contingent Capitalisation Agreement », a indiqué le communiqué publié. déclaration sur le site Internet du Fonds de résolution (FdR).

Au moment du jugement, le montant du litige était de 169 millions d’euros, montant que FdR devrait payer à Novo Banco si le jugement ne lui était pas favorable.

Selon le communiqué, dans sa décision, la Cour d’arbitrage a considéré que, indépendamment de la légitimité de Novo Banco à prendre la décision de renoncer au régime transitoire susmentionné au cours de l’exercice 2019, « l’impact financier respectif sur les fonds propres de Novo Banco ne pouvait pas avoir la couverture du mécanisme de capitalisation contingente », comme le Fonds de résolution l’a toujours réclamé.

L’arbitrage a résulté de l’opposition exprimée par le Fonds de résolution en novembre 2019, lorsqu’il a appris que Novo Banco avait l’intention de renoncer au régime transitoire lié à l’introduction d’IFRS 9.

ALYN (LT) // CSJ