Lors d’une « conférence téléphonique » avec des analystes, concernant les résultats du premier semestre de la banque, publiés lundi, le dirigeant, qui remplacera António Ramalho en tant que président exécutif, a rappelé que sur le montant total disponible pour la banque, il reste encore 485 millions d’euros. et pointé les divergences de 2020 et 2021 avec le Fonds.

Dans le communiqué sur les résultats, l’institution a souligné que « le montant de la rémunération demandée au titre de 2021, d’un montant de 209,2 millions d’euros (montant non pris en compte dans le calcul des fonds propres réglementaires au titre du 31 décembre 2021), tenait compte les pertes subies sur les actifs couverts par la Facilité de Capitalisation Contingente, ainsi que les conditions de capital minimum applicables à la fin de la même année au titre de la Facilité de Capitalisation Contingente ».

En outre, a-t-il souligné, « en ce qui concerne le montant demandé au Fonds de résolution, pour l’année 2020, il existe deux différences qui résultent des différences entre novobanco et le Fonds de résolution » concernant « la provision pour activités abandonnées en Espagne » et la « valorisation des parts de participation, qui font l’objet d’une décision arbitrale », de 165 millions d’euros.

« À l’heure actuelle, il existe un certain nombre de procédures d’arbitrage qui ne seront pas terminées avant 2023 », a souligné Mark Bourke aujourd’hui, malgré les attentes antérieures selon lesquelles elles pourraient être résolues d’ici la fin de cette année.

« Notre position n’a pas changé pour le moment », a-t-il dit, indiquant que la banque mène toutes les opérations de « planification » et de renforcement du capital indépendamment de cette émission et supposant qu’il peut y avoir une issue négative.

Interrogé à plusieurs reprises sur la capacité de la banque à répondre aux exigences de fonds propres et d’engagements éligibles (MREL) imposées par le régulateur, Mark Bourke a souligné qu’elle est au-dessus de l’exigence et a garanti qu’elle le restera.

Au premier semestre de cette année, Novo Banco a enregistré des bénéfices de 266,7 millions d’euros, en hausse de 93,7% par rapport à la même période l’an dernier, a indiqué l’institution dans un communiqué à la Commission du marché des valeurs mobilières (CMVM).

Dans la note, la banque indique qu’il s’agit d’une « performance commerciale solide avec une rentabilité accrue malgré le contexte macroéconomique actuel caractérisé par des pressions inflationnistes et la volatilité conséquente des taux d’intérêt ».

Ainsi, « au premier semestre 2022, le groupe novobanco a présenté un résultat de 266,7 millions d’euros (+129,0 millions d’euros vs 1S21), dont l’évolution est justifiée par l’amélioration du produit bancaire (+82,4 millions d’euros) et la baisse du niveau de dépréciations et provisions (-77,8% ; -69,4 millions d’euros) », a-t-il précisé.

Sur la même période, a-t-il souligné, « le produit net d’intérêts s’est élevé à 268,0 millions d’euros », soit 7,3% de moins qu’au premier semestre 2021 (1S21), « reflétant l’évolution stable du taux moyen des crédits à la clientèle et l’effet de émissions de dette senior au 4T21 [quarto trimestre de 2021] et des taux d’intérêt négatifs sur les applications du marché monétaire ».

ALYN // MSF