La nouvelle grille tarifaire ADSE n’entrera en vigueur qu’en septembre et non en juillet, comme prévu, a révélé la ministre de la Modernisation de l’Etat et de l’Administration publique, Alexandra Leitão, dans un entretien à Lusa.

« Les tableaux n’entreront pas en vigueur en juillet. Ils entreront en vigueur début septembre », a déclaré le ministre, dans un entretien accordé dans le cadre de la réunion informelle des ministres de l’Administration publique de l’Union européenne, qui a lieu mardi, à Lisbonne, dans le cadre de la présidence portugaise du Conseil de l’UE.

Les nouvelles grilles tarifaires, qui étaient en cours de négociation depuis plusieurs mois avec les hôpitaux privés, étaient initialement prévues pour la fin du premier trimestre 2021, après avoir été reportées à juin, puis juillet et maintenant septembre.

Comme l’a expliqué le ministre, la raison principale du nouveau report « n’est pas liée au contenu des tableaux, mais à la nécessité d’adapter le ‘logiciel’ soit par l’ADSE elle-même, soit, surtout, par les prestataires ».

« Il existe des milliers de codes, que ce soit des codes d’intervention, des codes de dispositifs médicaux, des codes de médicaments et donc cela nécessite une adaptation technologique », a souligné Alexandra Leitão, soulignant qu’il s’agit « d’un processus difficile, très complexe d’un point de vue technique ».

« Se dépêcher ici peut être l’ennemi de la qualité et donc les prestataires eux-mêmes ont soulevé cette demande », a-t-il ajouté.

Le processus d’examen a porté sur 18 tableaux de règles et de prix du régime convenu, qui font partie du tableau des accords de l’ADSE.

Actuellement, les bénéficiaires de l’ADSE paient 3,99 euros pour une consultation et avec les nouvelles tables ils commenceront à payer 5 euros.

Quant à l’extension de l’ADSE aux travailleurs en contrat individuel dans l’administration publique, le ministre a souligné qu’il existe une « énorme adhésion » qui a « pour effet positif de réduire la tranche d’âge » de l’univers des bénéficiaires.

Selon les données du ministère de l’Administration publique, au 15 juin, le nombre de nouveaux demandeurs par l’extension de l’ADSE aux contrats individuels était de 91 970 bénéficiaires, dont 60 806 titulaires et 31 164 membres de la famille.

Le décret-loi qui prévoit l’extension de l’ADSE aux travailleurs sous contrat individuel des entités publiques est entré en vigueur le 9 janvier et les inscriptions ont débuté le 18 janvier.

Selon le gouvernement, l’univers potentiel des nouveaux bénéficiaires est d’environ 100 000 travailleurs, dont 60 000 du secteur de la santé auxquels s’ajoutent environ 60 000 non-titulaires, c’est-à-dire les conjoints et descendants des titulaires.

La mesure aura un impact annuel de 67 millions d’euros sur les revenus de l’ADSE, selon le Gouvernement, et l’inscription est facultative, étant automatique pour les nouvelles embauches.

Les bénéficiaires de l’ADSE prélèvent 3,5 % de leur salaire ou de leur pension pour bénéficier de ce sous-système de santé.