« Nous voulons un État plus petit, plus professionnel, plus rigoureux, plus capable de répondre aux problèmes. Mais, étant plus petit, il doit être beaucoup plus capable, beaucoup plus compétent, ce qui implique de donner à l’ensemble de la fonction publique, à commencer par les fonctionnaires, la reconnaissance et les conditions de travail qu’ils n’ont pas eues jusqu’à présent », a-t-il souligné.

À la fin du Conseil national de l’Initiative libérale (IL), qui se déroule depuis ce matin à Coimbra, João Cotrim de Figueiredo a souligné aux journalistes que pour cela, il est nécessaire de réintroduire les évaluations de manière systématique , ainsi que les progressions basées sur ces évaluations.

« Il est nécessaire d’avoir un espace et des ressources pour reconnaître le travail, pour bien récompenser le travail de ces personnes. Sans cela, nous ne pouvons pas avoir une administration publique compétente et nous ne pouvons pas avoir un pays qui fonctionne correctement », a-t-il ajouté.

Selon le chef de file de l’Initiative libérale, qui a critiqué le PS « pour son incompétence dans la gestion des affaires publiques et des services publics en particulier », il a souligné qu’il s’agit d’une des réformes structurelles à mener au Portugal.

Selon lui, même les incendies qui ravagent le pays, « ne peuvent être évités qu’avec une administration publique suffisamment compétente, avec des personnes capables de prendre des décisions à temps et sans crainte de gérer l’agenda politique et médiatique, sans toujours avoir peur de la façon dont les décisions qui sont prises se verront ».

« Ce qu’il me semble, c’est qu’en cas d’incendie, on ne réagit qu’après que les drames se sont produits et pour éviter de plus grands dégâts électoraux ou médiatiques. Ce n’est pas le moment de compter les fusils de chasse, il est temps d’agir et de prévenir tous les dégâts qui peuvent être évités, mais s’il y a des responsabilités politiques à tirer, nous serons là plus tard pour le faire », a-t-il prévenu.

Aux journalistes, le leader d’IL a également déclaré qu’en matière de santé, « presque tout reste à faire », qui fait aussi partie des « réformes structurelles indispensables ».

« Tant que le système ne disposera pas des ressources, non seulement publiques, mais sociales et privées, ce problème ne sera pas résolu », a-t-il souligné.

Un autre des services publics qui « est dans le chaos » est l’éducation.

« Je vous préviens que l’année scolaire s’ouvrira dans un véritable chaos, avec un manque d’enseignants de presque tous les secteurs de l’enseignement secondaire. J’ose dire que nous aurons plus de 100 000 étudiants sans un corps enseignant complet », a-t-il affirmé.

Pour João Cotrim de Figueiredo, le PS « est clairement incompétent ».

« Il ne gère que pour l’agenda médiatique, il ne parvient qu’à essayer de rester au pouvoir et qui finit par payer la charge fiscale la plus élevée de tous les temps et qui a les services publics les plus bas de tous les temps, ce sont les Portugais », conclut-il.

Le 23e Conseil national des libéraux, qui se tient aujourd’hui à Coimbra, avait à son ordre du jour « l’analyse de la situation politique, avec un focus sur le thème ‘Portugal : l’urgence des réformes structurelles et la convergence européenne’ ».

MMT // MAG