L’image de Noé qui a circulé lors de sa disparition

L’histoire de Noé, le bébé de deux ans et demi perdu à Proença-a-Velha pendant plus de 35 heures, a bouleversé le pays.Mais il y a un détail notable dans la vie de ce bébé-héros qui a survécu seul pendant de longues heures. Si la rébellion et l’esprit aventurier sont génétiques, Noah les a dans le sang : l’enfant est l’arrière-petite-fille du boxeur, révolutionnaire, aristocrate et écrivain bohème Nuno Bragança. La mère de Noah, Rita Caupers de Bragança, est la fille de Manuel Luís Caupers de Bragança, l’un des fils du célèbre écrivain portugais.

Nuno Bragança, né en 1929 dans une famille de la haute aristocratie portugaise – la maison de Lafões, descendant du roi Pedro. II et familier des actuels ducs de Bragance –, il était une figure charismatique de la culture portugaise qui manifesta bientôt son esprit rebelle.

Appartenant à une génération de catholiques progressistes et réformistes, il a cofondé la revue « O Tempo eo Modo » en 1963 avec Alçada Baptista, João Bénard da Costa, Pedro Tamen, Alberto Vaz da Silva et Mário Murteira.

« A Noite eo Riso », sortie en 1969, est l’une de ses œuvres les plus célèbres pour l’audace qu’elle apporte à son écriture – elle parle d’une ville de gangsters et de boxeurs, sport qu’il pratiquait également –, suivie de « Directa » ( 1977 ) et « Place Tolstoï » (1981). Considéré comme un aventurier et un expérimentateur linguistique, il a marqué l’histoire en tant que scénariste d’« Os Verdes Anos », l’un des meilleurs films portugais du siècle dernier, réalisé par Paulo Rocha.

Avec Gérard Castello Lopes, il signe plus tard le documentaire de critique sociale « Nacionalidade Português », qui traite du thème de l’émigration portugaise.

Nuno Bragança était contradictoire, mordant, ironique, rebelle, anticonformiste, anarchiste

Contradictoire, mordant, ironique, rebelle, anticonformiste, anarchiste, le critique littéraire Manuel Gusmão le voit comme « l’un des grands narrateurs de la seconde moitié du siècle en Europe », comme il l’a dit à Público.

De gauche, il a étudié le droit, a été militant du MAR (Mouvement d’action révolutionnaire), était proche de Manuel Alegre, avec qui il a comploté contre le régime et a fini par rejoindre les Brigades révolutionnaires de Carlos Antunes et Isabel do Carmo.

Après la révolution du 25 avril, Nuno Bragança a rejoint l’équipe de théâtre « A Comuna », où il a rencontré sa seconde épouse, l’actrice Madalena Pestana, qu’il a épousée en 1975 et a collaboré au « Jornal de Letras ».

Rita Caupers de Bragança, la mère de Noé, avec son père

Il est décédé en 1985 à l’âge de 55 ans, après avoir souffert de décennies de dépression et de dépendance à l’alcool. En 1998, il a reçu à titre posthume la Grand-Croix de l’Ordre militaire de Sant’Iago da Espada. En 2008, João Pinto Nogueira a dédié le documentaire « U Omãi Qe Dava Pulus » à l’écrivain et en 2009 D. Quichotte a rassemblé son travail dans le livre «Travail complet. 1969-1985« .

Rita Caupers de Bragança, la mère de Noah, a parcouru le monde dans une camionnette alimentée à l’huile de cuisson usagée, un projet qu’elle a appelé le Green Brick Road Project, et a fini par quitter la ville pour les zones rurales en 2017, lorsqu’elle a déménagé à Proença-a- Velha.