Même la baignade populaire du président de la République samedi matin dans la mer de Copacabana n’a pas détourné l’attention du thème qui a marqué la visite de Marcelo Rebelo de Sousa au Brésil : le déjeuner avec Bolsonaro, qui était sur le point d’avoir lieu, mais qui n’aura pas lieu .

La visite présidentielle avait initialement un programme chargé de trois jours et qui est passé par Rio de Janeiro, pour les célébrations du centenaire de la traversée aérienne de l’Atlantique Sud ; São Paulo, pour la 26e Biennale internationale du livre dont le pays invité est le Portugal ; et enfin Brasília, pour la rencontre avec le président brésilien.

Cependant, l’écart était établi. « J’ai décidé d’annuler le déjeuner qu’il aurait avec moi, ainsi que toute la programmation », a déclaré le président brésilien à CNN Brasil « in On » vendredi, confirmant ainsi le premier buzz qui a commencé vendredi qu’il n’y aurait pas de réunion entre les deux homologues et que le chroniqueur Lauro Jardim, un chroniqueur politique brésilien bien informé, confirmé plus tard dans le journal O Globo.

Il s’agit de la deuxième rencontre annulée entre les deux : déjà l’année dernière, Bolsonaro a annulé la rencontre avec Marcelo Rebelo de Sousa qui était prévue lors d’une cérémonie au Musée de la langue portugaise de São Paulo. « La danse qui est dans la roue », disait alors le président portugais, en réponse à la justification venue au public par un intermédiaire : Bolsonaro avait préféré aller « faire un tour en moto ».

Cette fois, le président brésilien a sèchement justifié la décision : « il aurait un rendez-vous avec Lula », a-t-il répondu à la chaîne. En effet, Bolsonaro était mécontent que Marcelo Rebelo de Sousa ait également inclus dans ce déplacement une rencontre, la veille, à São Paulo, avec son rival à la présidentielle.

« Il y avait déjà cette conversation. Ils ont essayé de faire comprendre que s’il rencontrait Lula, Bolsonaro ne le recevrait pas », a déclaré un conseiller du président brésilien à Globo.

La désinvitation était déjà publique à travers les médias, jusqu’à la fin de samedi, formellement, l’équipe du président n’avait pas reçu, cependant, une communication officielle et « écrite » que la réunion était annulée. « L’invitation était écrite et jusqu’à présent, il n’y a eu aucune communication écrite », a-t-il déclaré. « Selon les circonstances, la décision sera prise. J’aime toujours avoir toutes les rencontres avec tous les chefs d’Etat, le Brésil est un pays frère très spécial », a-t-il encore laissé ouvert samedi en fin de journée.

Marcelo Rebelo de Sousa, pressé au Portugal à son départ de Lisbonne, à son arrivée à Rio de Janeiro et à plusieurs reprises dans la journée de samedi, a toujours tenté de dédramatiser la situation.

« Vous ne mourrez pas parce qu’un déjeuner a été annulé. Il n’y a pas de drame », a-t-il répété. « Celui qui vous invite à déjeuner est celui qui décide de déjeuner ou non ».

Irrespect? « C’est une option. Mais en septembre, il y a une rencontre inévitable. Ce n’est pas un problème et je pense que ce n’est pas un problème. Cherchant à faire baisser la pression à tout prix, le président a souligné, à l’issue de la réception au Palácio de São Clemente — où il a réuni la communauté portugaise — qu’il circule à l’intérieur du Brésil avec les moyens que l’État brésilien lui a fournis. « En mettant dans la balance la circulation que le président assure et je le trouve, je ne sais même pas si la première n’est pas plus rentable. »

Et pas de repas gratuits ? « Et j’en ai marre d’offrir des repas gratuits – on dirait que c’est mon esprit chrétien… », répond-il légèrement.

En même temps, le message a été subtilement véhiculé que ce qui compte, ce sont les relations séculaires et ombilicales entre les peuples.

« Je respecte si celui qui invite n’invite pas », a-t-il déclaré aux journalistes, sans compliquer l’incident diplomatique. « Ceux qui servent doivent comprendre que les peuples durent. Les gens continuent, les déjeuners peuvent changer. Nous ne pouvons pas perdre une seconde avec le déjeuner », a-t-il dit avec une belle ironie.

Samedi, s’adressant à la presse brésilienne, il a expliqué que le Brésil et le Portugal avaient des similitudes et des différences. «Sur la question de l’Ukraine, le Brésil et le Portugal avaient des positions différentes. Le Portugal est un allié de l’Ukraine, le Brésil ne l’est pas. C’est une situation lourde. Déjeuner, non.

Pour autant, tout était en stand-by jusqu’à dimanche en fin de matinée et la possibilité d’avoir des nouvelles du Planalto restait ouverte, même pour l’entourage et l’équipe de journalistes qui l’accompagnaient. cela a pris Dimanche, vers midi, le feuilleton brésilien touche enfin à sa fin. Marcelo Rebelo de Sousa met fin à l’affaire et annonce qu’il n’ira plus à Brasilia. Il reprogramme son emploi du temps, prolongeant son séjour à São Paulo. « Je suis revenu au plan A, qui avait été remplacé par le plan B, explique-t-il. L’incident diplomatique est donc un fait accompli.

Les mots du président de la République portugaise sont repris, qui a salué « dans une étreinte sans fin, dans une étreinte infinie, tout le peuple brésilien. Que les pays frères, éternellement frères, du Brésil et du Portugal vivent pour toujours ». Indépendamment, donc, des humeurs et des désalignements des présidents en exercice.