1-1-e1669908198824-png
40083851_wm-8244513-1309080-jpg

MNE met en garde contre le scénario « grave et très exigeant » auquel la coopération portugaise est confrontée en 2023

« Ce que nous avons devant nous sur la scène internationale est sérieux et très exigeant pour l’institut Camões dans cet aspect de la coopération au développement et de l’aide humanitaire », a déclaré le chef de la diplomatie portugaise en marge du séminaire sur la coopération, la culture et la langue. , promu par le Camões, Institut pour la coopération et la langue aujourd’hui à Lisbonne.

Le ministre a souligné les « défis » posés à l’action de l’institut en 2002, notamment ceux résultant de la pandémie de covid-19.

« La pandémie de covid-19 nous a tous obligés à faire des adaptations majeures, y compris dans le réseau de l’éducation à l’étranger, en plus de cela plusieurs autres défis, tels que ceux posés par l’insécurité alimentaire croissante, le changement climatique, la flambée de violence, à Cabo Delgado, par exemple », a-t-il déclaré dans le discours d’ouverture du séminaire.

Comme exemples de cette capacité réactive, Cravinho a souligné le fait que le Portugal a réussi dans la dernière partie de l’année « à mobiliser un volume important de ressources, au-dessus de 21 millions d’euros, pour faire face aux appels des pays frères, comme le Cap-Vert, la Guinée- Bissau et São Tomé et Príncipe, aux prises avec les conséquences de la pandémie, l’invasion de l’Ukraine par la Russie, et les perturbations inhérentes à ces facteurs sur le plan alimentaire ».

« J’espère que 2023 sera une année où Camões pourra atteindre l’équilibre souhaité entre réactivité et proactivité, entre imprévu et structurel, entre volatilité et prévisibilité », a-t-il laissé en guise de vote pour l’année qui commence.

Le ministre a souligné, en résumé, que l’accent mis sur l’éradication de la pauvreté, la lutte contre les inégalités, la promotion d’un développement mondial durable, équitable et inclusif sont les « objectifs centraux » de l’exécutif pour l’espace de coopération, « reconnus comme tels par la partenaires et internationaux » avec lesquels le Portugal travaille.

À la fin de l’année dernière, le gouvernement a approuvé une nouvelle stratégie de coopération portugaise jusqu’en 2030, que Cravinho a désignée aujourd’hui comme un instrument « robuste », qui répond à la « vieille question » de savoir si le Portugal « devrait avoir une approche uniquement ciblée sur les frères d’expression portugaise ou s’il faut étendre les activités [de cooperação] à d’autres espaces géographiques.

« L’augmentation des ressources disponibles nous permet d’avancer sur les deux fronts, en travaillant avec des partenaires, du Chili au Kenya, en passant par le Japon et les Émirats arabes unis, mais aussi en contribuant à la préservation du patrimoine culturel portugais », ou en investissant, selon avec les exemples que la ministre a laissés, en « télémédecine dans les pays lusophones ou dans le domaine des énergies renouvelables ».

Dans le domaine de la coopération déléguée, le ministre a souligné qu' »un processus de recertification des piliers de Camões est en cours, indispensable pour faire un saut qualitatif et quantitatif dans la coopération avec l’Union européenne (UE) ».

Dans ce contexte, Cravinho a attiré l’attention sur certains « projets phares » dans plusieurs pays partenaires dans le cadre de la coopération déléguée de l’UE, à savoir les projets « +Emprego », au Mozambique, « FRESAN », en Angola, « SWAIMS », dans le Golfe. de Guinée sur la sécurité maritime, et « IANDA », dans le domaine de la santé en Guinée-Bissau.

Dans le cadre de l’internationalisation de la langue portugaise, le ministre a souligné l’importance de « consolider la dynamique stratégique de renforcement et d’expansion du réseau éducatif à l’étranger » en 2023, tant dans l’enseignement fondamental et secondaire que dans l’enseignement supérieur, en soutenant les études de et en langue portugaise et recherche en études portugaises.

« Je souligne l’impérieuse nécessité de mettre en œuvre les projets Camões inclus dans le Plan de relance et de résilience (PRR), visant notamment la transition numérique de l’enseignement du portugais à l’étranger, mais aussi le renforcement de la promotion de la culture portugaise et une gestion plus agile et efficace des projets de coopération », a-t-il déclaré.

Enfin, dans un bilan de 2022, le responsable a estimé que le Portugal avait « dépassé » « l’exigeant examen par les pairs de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) » des politiques portugaises de coopération et d’aide publique au développement, et s’est félicité de l’intérêt des partenaires. tels que « Japon, États-Unis, Royaume-Uni, Émirats arabes unis », en « capitalisant » sur l’expérience portugaise en matière de coopération triangulaire.

APPLICATION // MV

Articles récents