De nouveaux détails sur la fête illégale organisée dans l'arrondissement de Lagos le dimanche 7 juin sont apparus, ainsi que la confirmation que neuf personnes présentes ont été testées positives pour Covid-19.

La fête d'anniversaire a eu lieu à Odiáxere et a attiré des dizaines de personnes de tout le pays.

Alors que les organisateurs de l'événement ont déclaré que plus de 20 personnes ne participeraient pas à l'événement, le nombre s'est avéré beaucoup plus élevé, a déclaré le maire de Lagos, Hugo Pereira, à l'agence de presse Lusa.

La police de GNR a été appelée sur les lieux après que les propriétaires du lieu ont vu un grand nombre de personnes aller et venir de la fête.

Le premier cas a été confirmé samedi dernier, avec huit autres signalés lundi. Il a été rapidement établi qu'ils étaient tous à la fête.

«Nous essayons de contacter les personnes qui ont assisté à la fête, leurs familles, leurs collègues et d'autres personnes avec lesquelles ils ont pu être en contact afin qu'ils puissent être testés et rester sous surveillance», a déclaré le maire.

Jusqu'à présent, plus de 50 personnes ont été identifiées, le nombre «pouvant augmenter dans les prochaines heures ou les prochains jours».

Dans l'intervalle, une source de l'autorité sanitaire régionale de l'Algarve (ARS Algarve) a confirmé qu'elle surveillait la situation.

"Nous avons effectué notre procédure habituelle: nous avons identifié les cas, les avons isolés et identifié toutes les personnes avec lesquelles ils étaient entrés en contact afin de briser la chaîne de l'infection", a expliqué la source à Lusa.

Dans sa déclaration initiale sur l'incident, le Conseil de Lagos a déploré que l'origine de cette flambée ait "mis en danger le bon travail" accompli jusqu'à présent par la municipalité.

"Cette situation aurait pu être évitée si les mesures de prévention n'avaient pas été manquées", a déclaré le conseil.

Lagos était l'une des municipalités de l'Algarve les moins touchées par la pandémie, avec seulement cinq cas confirmés de Covid-19 avant ces derniers cas.

michael.bruxo@algarveresident.com