Le ministre allemand des Affaires étrangères a demandé aujourd'hui aux pays de l'Union européenne de prendre en charge les migrants touchés par la «catastrophe humanitaire» causée par l'incendie dans le camp de réfugiés de Moria sur l'île grecque de Lesbos.

"Nous devons rapidement déterminer comment aider la Grèce" et inclure dans cette aide "une répartition entre les pays de l'UE disponibles pour recevoir [les migrants]", a déclaré Heiko Maas, dont le pays détient la présidence de six mois de l'Union européenne.

Située sur l'île grecque de Lesbos, la Moria – le plus grand camp de réfugiés d'Europe et celui avec les pires conditions, car il abrite environ quatre fois plus de personnes que sa capacité – a subi plusieurs incendies qui se sont déclarés ce matin, après des affrontements entre les les migrants y résident ainsi que les autorités grecques.

L'incendie a été détecté après qu'il a été annoncé que 35 personnes dans le camp avaient été testées positives pour l'infection au covid-19 et seraient transférées dans une zone d'isolement spéciale.

Jusqu'à présent, il n'y a aucune information sur les victimes, à un moment où les pompiers ne peuvent toujours pas accéder aux tentes et aux conteneurs d'hébergement.

Le gouvernement grec a annoncé aujourd'hui qu'il déclarera l'état d'urgence sur l'île de Lesbos, car l'incendie a détruit presque tout le camp de réfugiés et laissé quelque 13 000 personnes sans abri.

Les autorités ont également décidé d'interdire à toutes les personnes vivant à Moria de quitter l'île pour empêcher une éventuelle propagation du coronavirus à l'origine du covid-19.

L'incendie est déjà maîtrisé, mais les pompiers ont eu beaucoup de mal à le combattre pendant la nuit, non seulement parce qu'il y a eu plusieurs explosions, mais parce que des groupes de réfugiés les ont attaqués avec des pierres, a rapporté la presse locale.

Le président du Conseil européen, Charles Michel, a exprimé aujourd'hui sa "solidarité totale" avec l'île et la commissaire européenne à l'intérieur, Ylva Johansson, a annoncé ce matin que la Commission européenne financera le transfert et l'hébergement sur le continent grec du 400 mineurs non accompagnés qui restent dans le camp de réfugiés de Moria.

«J'ai déjà accepté de financer le déplacement immédiat et l'hébergement sur le continent des 400 enfants et adolescents non accompagnés qui restent [à la campagne]. La priorité est d'assurer la sécurité et le logement de toutes les personnes de la Moria », a déclaré le commissaire, dans un message publié sur le réseau social Twitter.

Plusieurs ministres grecs ont décidé de se rendre sur l'île pour inspecter le site et des mesures immédiates devraient être annoncées cet après-midi.

Des milliers de personnes ont fui le camp dès le début des incendies et ont tenté de se rendre dans la capitale de l'île, Mytilène, située à environ sept kilomètres de Moria, mais les autorités de l'île ont mobilisé une force de police forte qui a bloqué la route d'accès.

Ce matin, trois escouades de police anti-émeute ont quitté Athènes pour y renforcer les forces de sécurité.

Le camp a été mis en quarantaine pendant une semaine, après la détection du premier cas de covid-19 chez un Somalien de 40 ans qui avait déjà obtenu le statut de réfugié et qui, en août, était à Athènes à la recherche d'un emploi.

PMC // FPA

Le contenu Migrations: Berlin demande à l'UE de prendre en charge les réfugiés de Moria apparaît en premier dans Vision.