Dans la période précédant l’ordre du jour de la réunion publique de l’autarcie, qui se déroule cet après-midi par visioconférence, le conseil du CDS-PP s’est demandé si, face aux perquisitions de la police judiciaire (PJ) dans les locaux municipaux il y a une semaine, l’architecte Manuel Salgado « continuera à exercer le poste de consultant auprès du maire de Lisbonne ».

En réponse, Fernando Medina (PS) a confirmé son intention de continuer à consulter l’ancien conseiller, qui a démissionné en 2019 de la Chambre et en février de cette année de la présidence de la société municipale SRU – Sociedade de Reahabilita Urbana, en l’occurrence pour avoir été accusé dans un procès impliquant CUF Tejo.

«Ce que j’ai dit lors de la réunion au cours de laquelle nous avons apprécié la démission de l’architecte Manuel Salgado à la présidence de la SRU, c’est qu’il conserverait son poste, la faculté de consultant du conseil municipal de Lisbonne et ce sera le cas pour les questions que je crois sont pertinents pour la municipalité de Lisbonne, profitant de l’expérience et de la qualité extraordinaires dont il a fait preuve au fil des ans », a déclaré le maire.

«Par conséquent, oui, je maintiendrai, en fait, mon intention de vous consulter comme toujours, si je le trouve pertinent pour la ville et d’aider ma décision sur diverses questions», a renforcé Fernando Medina.

Le 20 avril, la PJ a procédé à des perquisitions dans les locaux de la commune, à Campo Grande et Paços do Concelho, à la suite de plaintes dans le cadre de divers processus d’urbanisme.

«Suspecté de la pratique de crimes commis dans l’exercice de fonctions publiques, liés à la zone d’urbanisme de la mairie de Lisbonne, à savoir, abus de pouvoir, participation économique aux affaires, corruption, méfaits, violation des règles urbaines et de la circulation dans les influences », a déclaré la PJ dans un communiqué.

Le même jour, le maire de Lisbonne a confirmé que l’une des personnes visées dans l’enquête menée par la police judiciaire sur des crimes présumés d’abus de pouvoir et de corruption est l’ex-conseiller municipal de l’Urbanisme Manuel Salgado.

Les huit enquêtes d’enquête «correspondent à des opérations pendant la période de travail de la [antigo] le conseiller Manuel Salgado », a déclaré Fernando Medina, qui s’adressait à des journalistes à l’extérieur des Paços do Concelho cet après-midi, ajoutant que personne visé par les enquêtes« n’occupe actuellement des postes de direction ».

Baptisée Opération Olissipus, l’action de la PJ s’est déroulée dans le cadre de huit enquêtes dirigées par la Direction Régionale des Enquêtes et de l’Action Pénale de Lisbonne (DIAP) – 1ère Section, à travers l’Unité Nationale de Lutte contre la Corruption, avec le soutien de l’Unité d’Expertise Technologique et l’informatique, en collaboration avec les procureurs publics.

«28 mandats de perquisition, 10 perquisitions à domicile et 18 perquisitions hors domicile ont été effectués, dans le but de collecter des documents liés à des pratiques criminelles présumées, faisant l’objet d’une enquête», a déclaré la PJ.

Le conseil municipal de Lisbonne a indiqué dans une note aux rédactions que les perquisitions «résultaient de plusieurs plaintes, y compris des rapports au parquet», relatives à des processus urbains tels que l’opération intégrée d’Entrecampos et également aux travaux de la deuxième circulaire, annulé par la municipalité, à la requalification de la piscine Penha de França et travaux au belvédère de São Pedro de Alcântara.

Selon la municipalité, la participation liée au deuxième contrat circulaire a été réalisée par la municipalité elle-même.

En plus de l’opération intégrée d’Entrecampos, selon la Chambre de Lisbonne, les processus urbains visés par les recherches PJ sont Hospital da Luz, Av.Fontes Pereira de Melo tower, Petrogal, Plan détaillé de Matinha, Praça das Flores, Edifício Continente, Tours jumelles et Convento do Beato.

«Tant le contrat annulé par la municipalité dans la deuxième circulaire, que la tour de Picoas et l’hôpital da Luz, avaient déjà été mis en avant par le bureau du procureur général, pour faire l’objet d’une enquête» en 2017, rappelle la municipalité.

Manuel Salgado a été conseiller entre 2007 et 2019, après avoir été remplacé par Ricardo Veludo.

TYS // MLS

Le contenu de Medina indique qu’il continuera à consulter Manuel Salgado sur les questions qu’il « juge pertinentes » apparaît en premier dans Visão.