Le ministère de l’Agriculture a annoncé aujourd’hui sept mesures de soutien aux régions touchées par les tempêtes de grêle dans le but de « minimiser les dommages causés » par ces phénomènes météorologiques défavorables dans les vignobles ou les vergers.

« Les mesures de soutien exceptionnelles, annoncées aujourd’hui, visent à renforcer la capacité des producteurs et des industries à faire face aux dommages causés par les dernières tempêtes. De plus, et parce que les intempéries sont de plus en plus fréquentes et imprévisibles, certaines mesures visent également à sensibiliser aux pratiques préventives », a déclaré la ministre de l’Agriculture, Maria do Céu Antunes.

Entre les mois d’avril, mai et juin, dans le nord et le centre du pays, il y a eu plusieurs orages de grêle qui ont touché les vignobles, les vergers et d’autres productions et, après l’enquête des dommages par les Directions Régionales respectives de l’Agriculture et de la Pêche (DRAP) , le ministère a décidé de mettre en œuvre un ensemble de mesures qu’il a annoncé dans un communiqué.

En particulier, une ligne de crédit qui a alloué un montant de cinq millions d’euros pour soutenir les explorations agricoles et les agro-industries frappées par les intempéries et entend renforcer les capacités des producteurs et des industries qui ne reçoivent plus la quantité de fruits dont ils ont besoin. Un délai de grâce entre 12 et 24 mois est proposé.

La deuxième mesure vise à « l’extension de la permanence des opérations d’investissement », c’est-à-dire que dans les situations où le potentiel productif des vergers/vignes n’est pas irréversiblement affecté, il est proposé que la permanence des opérations soit prolongée, avec engagement d’une nouvelle visite du site pour clôturer l’opération.

Dans le cas où le potentiel productif serait affecté de manière irréversible, le DRAP suivra les directives de l’Institut pour le financement de l’agriculture et de la pêche (IFAP) concernant la reconnaissance de la « force majeure ».

La troisième mesure est l’exemption de pénalités pour les contrôles VITIS — restructuration et reconversion des vignobles.

Selon le ministère, dans le contrôle VITIS, il est proposé que « des prolongations de la période de replantation soient autorisées, jusqu’au printemps suivant, et les délais pour l’achèvement des contrôles puissent également être prolongés, sans entraver le paiement de l’aide approuvée, à condition que les techniciens de la DRAP réfèrent le niveau de dommages identifiés dans la zone d’influence du phénomène et que les actions de replantation, si nécessaire, soient identifiées par le bénéficiaire à la DRAP ».

Puis, en partenariat avec les mairies, au travers d’un protocole à signer avec les collectivités qui le jugent ainsi, il est prévu de prendre en charge le remboursement de 50% des frais liés aux traitements phytosanitaires des vignes, vergers et cultures de petits fruits, pour une restauration et cicatrisation végétale.

Le ministère estime que les valeurs pour le traitement sont de 40 euros par hectare, dans les vignes, et de 60 euros par hectare, dans les vergers de pométique, de prunoïdes et de petits fruits.

La cinquième mesure prévoit la prolongation de la durée de l’avis « Investissement dans l’exploration agricole Installation de filets anti-grêle dans les vergers de Pomoid et Prunoid », car, après les dernières tempêtes, il y a eu une augmentation significative des producteurs qui ont exprimé leur intention de demander cette mesure.

L’Autorité de gestion du programme de développement rural (PDR) 2020 a prolongé la date limite de soumission des candidatures au 23 juillet.

Promouvoir et faire connaître, auprès des agriculteurs et des structures organisationnelles de la filière, le système d’assurance agricole est la sixième mesure annoncée. Il vise à sensibiliser « tous les producteurs à l’importance de s’assurer, ainsi que les organisations de producteurs et les comités viticoles ».

Au cours des trois dernières campagnes (2018, 2019 et 2020), le ministère de l’Agriculture, à travers la FIPA, a versé environ 45,7 millions d’euros en soutien aux primes d’assurance contractées dans le cadre de l’assurance récolte.

Enfin, la dernière mesure vise le cas spécifique de la région délimitée du Douro. Le Conseil interprofessionnel de l’Institut des vins du Douro et du Porto (IVDP) évaluera, au regard de ce qui est prévu dans le règlement de l’avis de vendange, la possibilité de transférer des moûts généreux (bénéfice) entre vignobles ou entre vignerons.

L’avantage est la quantité de moût que chaque producteur peut transformer en vin de Porto.

PLI // MSP

Le contenu Mau Tempo : le gouvernement annonce sept mesures pour soutenir les régions touchées par la grêle apparaît en premier à Visão.