Marta Craint à propos de Francisco Ramos: « Oui, il y a des moments d’expression qui sont malheureux et pour lesquels, certainement, celui qui a le plus de pénitences est celui qui y tombe »

Cette semaine, dans le grand entretien qu’elle a accordé à VISÃO et qui fait la couverture de l’édition de cette semaine (jeudi 4, dans les kiosques à journaux), la ministre de la Santé a évoqué la coordinatrice du groupe de travail sur le plan de vaccination et la façon dont elle a géré le problèmes de mauvaise utilisation des vaccins.

La couverture de VISION de cette semaine est une interview de Marta Temido

Francisco Ramos, coordinateur du groupe de travail du Plan National de Vaccination, a écarté dans un entretien il y a quelques jours toute responsabilité en cas de mauvaise utilisation des vaccins. Et il a dit que les critiques venaient des électeurs de Chega, ce qui a bouleversé de nombreuses personnes. Cette déclaration était-elle heureuse?

Nous sommes à une époque où nous devons unir nos forces. Avec ceux auxquels nous nous identifions de plus en plus, parce que notre travail en termes de gouvernement n’est pas seulement de servir notre circonscription, c’est de servir tout le monde et surtout de convaincre tout le monde. Parfois, il y a des expressions moins heureuses. Qui suis-je qui ai commis tant de langage excessif pour dire quelque chose?

Mais vous ne pouvez pas tout excuser. Surtout parce que ces types de phrases peuvent discréditer le processus.

Nous devons nous concentrer sur ce qui est important, à savoir le plan de vaccination. Il va bien. Oui, ces cas sont profondément malheureux, oui, il y a des moments d’expression qui sont malheureux et pour lesquels certainement celui qui regrette le plus est celui qui y tombe. Je sais par expérience.

Francisco Ramos vous a dit qu’il l’avait regretté?

Il y a des choses qui n’ont pas besoin d’être dites. Nous savons. Je connais le Dr Francisco Ramos depuis de nombreuses années, ce qui vaut la peine d’être considéré, c’est que nous devons nous assurer que d’ici la fin du mois de mars, 80% des professionnels de la santé et des personnes de plus de 80 ans seront vaccinés.

Une telle tâche prioritaire ne peut être laissée à quelqu’un que à temps partiel. Francisco Ramos, quant à lui, a pris la relève en tant qu’administrateur de la Croix-Rouge.

Il n’y a personne qui coordonne le groupe de travail à temps plein. Il est très important que la salle de situation travaille à plein temps et donne les réponses dont nous avons besoin en termes de suivi des commandes, de distribution et d’administration des vaccins. Ces informations seront d’ailleurs publiées chaque semaine.

Cet article n’est pas disponible dans son intégralité sur le site. INSCRIVEZ-VOUS ICI et lisez l’édition numérique de VISION de première main.
Si VOUS ÊTES DÉJÀ ABONNÉ à la VISION numérique, lisez la nouvelle édition dans l’application ou cliquez ICI.