La Commission du marché des valeurs mobilières (CMVM) considère qu'il y a eu un exercice de concertation entre Pluris Investments (par Mário Ferreira) et Prisa (Vertix) chez Media Capital, déterminant que l'entrepreneur Mário Ferreira devrait soumissionner dans un délai maximum de cinq jours, ce qui se termine mercredi, une OPA (OPA) sur 69,78% du capital du propriétaire de TVI,

"Ce que je peux dire, c'est que nous pensions que nous étions alignés et qu'il y avait un alignement de la stratégie future, qui est en fait prévu dans la loi", a déclaré Mário Ferreira, lors de la première conférence de presse depuis son élection à la présidence de Media Capital, le jour de aujourd'hui.

"On parle évidemment d'une ligne très fine entre ce qui est (…) l'alignement des idées à développer" pour l'avenir de Media Capital, a-t-il poursuivi.

Pour le bien "d'un avenir comme celui-ci dans une situation particulièrement difficile", a-t-il souligné.

"Il faut bien préciser ici que cet alignement d'idées était nécessaire pour être rapide, urgent, car Media Capital a été abandonné" par Cofina, qui avait lancé un OPA en septembre 2019, "de manière brusque".

«Personne n'a compris la raison de cet abandon, mais (Media Capital) a été laissé à la dérive et il a fallu qu'il y ait un alignement d'idées et un alignement de notre part par rapport à un engagement d'investissement et même de financement, ce qui nous a obligés à écrire ceci , ce qu'on appelait un actionnaire », a déclaré Mário Ferreira.

"On ne sait pas si on va contester ou non (la décision CMVM)", a-t-il déclaré, à la veille de la date limite de lancement de l'OPA obligatoire, précisant que la posture n'est pas "contentieuse", mais plutôt "collaborative, comme elle l'a été jusqu'à présent avec CMVM et ERC ».

Désormais, «nous n'avons pas à être d'accord avec tout», a déclaré le directeur.

"Dans le cas de la CMVM, demain (mercredi) ils auront une réponse à ce que nous allons faire", a-t-il conclu.

Le 14 mai, Mário Ferreira, via Pluris Investments, a acheté 30,22% de Media Capital, pour 10,5 millions d'euros.

En mars, alors que le marché a pratiquement pris le rachat de Media Capital par le propriétaire de Correio da Manhã, l'annonce du retrait – le 11 mars et à la veille de l'état d'urgence – a surpris la majorité, y compris Mário Ferreira, qui il avait été mis au défi par le président de Cofina, Paulo Fernandes, de s'impliquer dans l'entreprise.

L'opération d'augmentation de capital de Cofina, d'un montant de 85 millions d'euros, n'a pas atteint l'objectif d'environ trois millions d'euros.

Cette décision n'a pas laissé l'espagnol Prisa, alors propriétaire de Media Capital, heureux de contacter Mário Ferreira dès le lendemain, à la recherche d'un partenaire portugais.

Cependant, le 12 août, Cofina a annoncé le lancement d'une OPA sur l'ensemble du capital de Media Capital, modifiant l'offre du 21 septembre 2019, avec la valeur de référence proposée de 0,415 euro par action, correspondant à un montant total de 35 millions d'euros et considère une «valeur d'entreprise» d'environ 130 millions d'euros.

ALU // MSF

Le contenu Mário Ferreira dit qu'il y avait «un alignement des idées» avec Prisa et rejette la concertation apparaît d'abord dans Visão.