Le président de la République a promis aujourd’hui à Sofia de dire, à son retour au Portugal, ce qu’il pense des célébrations des saints populaires, et ce qu’il va arrêter ou a déjà fait pour «éviter les agglomérations».

Interrogé par des journalistes à l’issue d’un dîner privé organisé par le président bulgare, Rumen Radev, au début de sa visite officielle en Bulgarie, qui se poursuivra jusqu’à jeudi, Marcelo Rebelo de Sousa a refusé de commenter les différentes actualités à ce sujet.

«Quand je reviendrai sur le territoire portugais, ce qui se passera vendredi soir, et avant de me rendre au 10 juin à Madère, je dirai ce que je pense de cette affaire et je dirai même quel est le calendrier que j’aurai pour les jours suivants , qui sont les jours où ce à quoi ils veulent se référer est intégré », a-t-il affirmé.

«À ce moment-là, je dirai ce que je vais arrêter de faire ou ce que j’ai déjà arrêté de faire. Ils savent déjà que la Festa do Livro a cessé d’exister, c’était entre le 9 et le 13 juin, précisément pour éviter la surpopulation », a-t-il ajouté.

Vendredi dernier, il a été annoncé le report de l’édition de cette année du Festival du livre au Palais de Belém, en tenant compte de la matrice de risque covid-19 et des messages des entités de santé.

«Compte tenu du maintien de la matrice de risque covid-19 et des messages des autorités sanitaires concernant l’évolution de la situation dans la commune de Lisbonne, ainsi que de l’interprétation qui pourrait conduire au maintien du Festival du livre, prévu dans le jardins du Palais de Belém le 9 le 13 juin, celui-ci a été reporté à une date à fixer avec les éditeurs et libraires, reconnaissants de leur compréhension au vu de la décision à prendre », a justifié la note à Belém publié à l’époque.

Mardi soir, à Sofia (où c’est deux heures de plus qu’à Lisbonne), Marcelo Rebelo de Sousa a fait appel à la conversation qu’il a eue avec le président bulgare au dîner et au cours de laquelle il a déclaré qu’il lui avait fait un « état des lieux ». sur la pandémie au Portugal pour réaffirmer qu ‘«un équilibre entre facilisme et alarmisme» est nécessaire.

« Ne facilitez pas dans les situations où il peut y avoir un plus grand risque, et, en revanche, ne vous inquiétez pas », a-t-il dit, soulignant le nombre « très faible » d’hospitalisations au Portugal.

Le Président de la République a estimé qu’avec cette position qui lui était confiée, «il est parfaitement clair où l’équilibre entre, où il faut être plus prudent et où il faut être plus flexible».

La ville de Lisbonne n’autorisera pas la tenue de fêtes populaires cette année en raison de la pandémie de covid-19, a annoncé mardi le maire, Fernando Medina, appelant les citoyens à comprendre la situation et à éviter les foules.

Le maire de Porto, Rui Moreira, a déclaré lundi que «la fête de São João sera toujours là» et que ce que la municipalité permettait, «avec l’avis des autorités sanitaires, étaient trois zones de divertissement, où les gens peuvent se rendre sous conditions. considéré comme étant en toute sécurité par la direction générale [da Saúde]».

SMA (JF / JGS / RZVC /) // RBF