*** Service audio disponible sur www.lusa.pt ***

*** Inês Escobar de Lima (texte) et António Cotrim (photos) ***

Le chef de l’Etat portugais, Marcelo Rebelo de Sousa, a défendu aujourd’hui, devant le Parlement national timorais, à Dili, que les relations entre le Portugal et le Timor-Leste devaient faire « un énorme bond en avant » avec « des sommets bilatéraux plus réguliers ».

Dans une intervention à la session solennelle commémorant le 20e anniversaire de la Constitution de la République démocratique du Timor-Leste, Marcelo Rebelo de Sousa a souligné l’accord de mobilité dans la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) comme « l’ouverture d’une voie pour les accords bilatéraux » en la matière.

Se référant aux relations luso-timoraises, le président portugais a déclaré: « Si ces 20 années ont entrelacé le Portugal et le Timor-Leste sur un chemin entre frères si, si, si proches, les 20 années qui suivent devraient nous conduire à un énorme bond en avant dans ambition ».

« Nous pouvons et devons promouvoir des sommets bilatéraux plus réguliers. Nous pouvons et devons approfondir le chemin parcouru ensemble en matière de capacité en matière de langue, d’éducation, de culture, de sécurité sociale, de santé, de justice, de coopération administrative », a-t-il estimé.

Selon Marcelo Rebelo de Sousa, les deux pays doivent également « explorer de nouveaux domaines d’entente et d’efforts conjoints dans l’économie, l’agroalimentaire, dans l’industrie pharmaceutique, dans les infrastructures navales et portuaires, dans l’énergie, dans le patrimoine historique, dans le océans, dans la lutte commune contre le changement climatique », s’engageant « pour la résilience des institutions, pour le développement économique, pour la durabilité ».

« Et au regard des plaintes légitimes, des réclamations de retards de toutes sortes qui surgissent ici et là et que les pandémies ont accentuées – que ce soit dans le domaine de la reconnaissance des nationalités, ou dans le domaine de la migration, toujours dans l’optique de créer de meilleurs emplois, la satisfaction des attentes des plus jeunes, la consolidation d’une économie plus robuste et plus juste, plus juste pour chacun de nos peuples », a-t-il ajouté.

A cet égard, le chef de l’Etat portugais a évoqué la « ratification par tant d’Etats frères de l’accord de mobilité au sein de la CPLP », déclarant : « C’est l’ouverture d’un chemin, ce n’est pas la fin d’un chemin. C’est l’ouverture d’une voie pour des accords bilatéraux, notamment entre le Portugal et le Timor-Leste, qui sont si importants pour la mobilité, notamment, de nos jeunes ».

Des représentants des partis siégeant au Parlement timorais et le Président de la République du Timor-Leste, José Ramos-Horta, ont également pris la parole lors de cette session.

Marcelo Rebelo de Sousa s’est rendu au Timor-Leste spécialement pour les cérémonies officielles du 20e anniversaire du rétablissement de l’indépendance et l’investiture du nouveau président timorais, José Ramos-Horta, dans lesquelles il représente l’État portugais et l’Union européenne.

Il s’agit de sa première visite officielle en République démocratique du Timor-Leste, centrée sur la capitale, Dili, avec un programme divisé en trois jours, jeudi, aujourd’hui et samedi. Le chef de l’Etat rentre dimanche à Lisbonne.

IEL // EJ