Le président de la République, Marcelo Rebelo de Sousa, a rappelé aujourd’hui qu’il avait avec José Saramago « une complicité et une empathie » atypiques dans son domaine politique et a défendu que tous les Portugais doivent déjà se réconcilier avec l’écrivain.

« Je ne peux pas imaginer qu’il y ait un Portugais qui ne soit pas réconcilié avec ce qui est fondamental pour le pays », a déclaré le chef de l’Etat aux journalistes, à l’issue du vernissage de l’exposition « A Oficina de Saramago », à la Bibliothèque nationale , à Lisbonne, en présence du ministre de la Culture, Pedro Adão e Silva.

Marcelo Rebelo de Sousa, qui a dirigé le PSD entre 1996 et 1999, a déclaré que lorsque Saramago a reçu le prix Nobel de littérature en 1998, il était à Madrid avec l’écrivain, avec qui sa zone politique entretenait de « mauvaises relations ».

« Je crois que j’ai été le premier du quartier à traverser la place pour aller lui faire un câlin et le féliciter », a-t-il déclaré.

L’ancien président du PSD a également souligné qu’il a présenté, avec Mário Soares et José Barata-Moura, un livre de José Saramago, « Ensaio sobre a Lucidez », en 2004, que certains secteurs ont interprété « comme une invitation à l’abstention, à le vote nul ». ».

« Je me souviens que le président Mário Soares et moi avions des points de vue différents, il était très critique et j’étais très favorable à la perspective de Saramago », a-t-il déclaré.

Le chef de l’Etat a déclaré avoir vécu avec Saramago « à divers titres, dans le journalisme à plusieurs reprises, en dehors du journalisme », aussi parce qu' »il avait une secrétaire qui était voisine dans le même immeuble » que l’écrivain.

« Il y a donc eu ici une complicité et une empathie dans la durée, pendant de nombreuses années, qui m’ont permis de connaître, en plus de l’oeuvre, aussi l’homme », a-t-il conclu.

Marcelo Rebelo de Sousa a critiqué à plusieurs reprises la décision prise par Sousa Lara, en 1992, en tant que sous-secrétaire d’État à la culture du XIIe gouvernement, dirigé par Aníbal Cavaco Silva, de retirer le livre « Evangelho sobre Jesus Cristo » d’une liste de candidats pour un prix littéraire européen.

Interrogé s’il considère que sa zone politique est réconciliée avec José Saramago, le président de la République a répondu qu’il le pense, distinguant toutefois « deux types de réconciliation ».

« L’un est la réconciliation de l’accord avec les positions des gens – et au fil du temps, il y a beaucoup de gens qui ne sont pas d’accord avec les positions prises par d’autres personnes avant la révolution pendant la dictature, pendant la révolution, après la révolution », a-t-il souligné. dans une allusion au militantisme politique de José Saramago dans le PCP.

« Maintenant, la réconciliation avec Saramago l’écrivain, ce qu’il a donné à la langue portugaise, ce qu’il a donné à la lecture, ce qu’il a donné à la projection du Portugal dans le monde, je ne peux pas concevoir qu’il y ait un portugais qui ne soit pas réconcilié avec ce qui est fondamental pour le pays », a ajouté Marcelo Rebelo de Sousa.

Selon le chef de l’Etat, il s’agit « d’une exposition différente, qui montre le Saramago qui n’est normalement pas connu » – la traduction et l’édition de livres, le processus d’écriture, les originaux qu’il n’a jamais publiés, les lettres échangées avec d’autres auteurs.

« Il y a donc tout un monde pour comprendre Saramago, pour comprendre l’homme et son écriture, présents dans cette exposition. Ça vaut la peine de venir ici », a-t-il déclaré.

« A Oficina de Saramago » est une exposition bibliographique et documentaire organisée par Carlos Reis et Sara Grünhagen, avec des recherches d’archives par Fátima Lopes, de la Bibliothèque nationale.

IEL (NL) // JPS