L’ancienne présidente du PSD, Manuela Ferreira Leite, a estimé aujourd’hui que la gouvernance du PS avec « la gauche radicale », dont le BE, « est la voie de la ruine du pays », soutenant le candidat social-démocrate Carlos Moedas à la Chambre de Lisbonne. .

« Dans une politique de gauche comme celle qui a été menée, on ne peut pas s’attendre à un soutien aux baisses d’impôts, ni pour les entreprises ni pour la classe moyenne. C’est donc ce contre quoi nous devons lutter et changer », a déclaré la social-démocrate Manuela Ferreira Leite, dans des déclarations aux journalistes, dans le cadre de sa présence dans une action de campagne de la tête de liste du PSD/CDS-PP/ MPT/ coalition PPM/Aliança à Câmara de Lisboa, Carlos Moedas, avec une visite au marché d’Alvalade et une visite des rues adjacentes.

Interrogé sur les différences entre les deux principaux candidats à la présidence de la Chambre de Lisbonne, le social-démocrate Carlos Moedas et le socialiste Fernando Medina, qui est l’actuel maire de Lisbonne, l’ancien président du PSD a déclaré qu’« ils sont vraiment deux personnes qui n’ont rien à voir les uns avec les autres dans le sens de leur projet et de leur manière d’être ».

«Il y a deux jeunes et c’est l’aspect que je peux trouver en commun, mais l’un d’eux est totalement dépendant et est une voix et est l’exécution d’une politique gouvernementale qui est en alliance depuis plusieurs années et se prépare à en vouloir plus. en termes de gouvernements, avec la gauche radicale du pays, et nous savons tous combien cela nous conduit à l’appauvrissement », a souligné Manuela Ferreira Leite, faisant référence au socialiste Fernando Medina.

Pour la social-démocrate, le pays est sur une voie de « paupérisation », une situation qui « ne vaut pas la peine d’être niée, car les faits, les chiffres, les réalités, disent-ils », et « cette voie est personnifiée, totalement, dans Lisbonne, dont le maire est l’un des porte-parole de ce type de politique, puisqu’il a déjà annoncé qu’il s’apprêtait à s’allier avec le Bloc de gauche ».

« Je crois que c’est le chemin de la ruine du pays, qui est en vue, qui ne nous donne aucun avenir, qu’on voit des jeunes émigrer, que ce n’est pas en prenant un peu d’impôts qu’ils viendront, qu’on a une fiscalité absolument insupportable qui ne donne de perspectives à personne, ne donne de perspectives aux entreprises, donc elle ne donne pas de perspectives de croissance », a déclaré l’ancien président du PSD.

Ferreira Leite a indiqué que « Lisbonne est un exemple de début de changement », expliquant que ce début de changement est lié à la politique nationale et locale.

« Lisbonne n’a pas d’avenir, Lisbonne sera peuplée dans quelques années de vieux, mais de vieux pauvres et, dans cette perspective d’avenir, je demande : à quoi servent les pistes cyclables ? Ce ne sont pas les vieux qui font du vélo, ce ne sont pas les pauvres qui font du vélo. Les pauvres seront écrasés par les pistes cyclables, car, comme vous le savez, c’est un type de transport qui ne fait pas de bruit, il faut être attentif et les personnes âgées ne sont plus capables de marcher attentivement à Lisbonne », a-t-elle déclaré, confiant qu’elle a elle-même quelques jours, c’était un coup dur qu’elle n’ait pas été renversée sur le trottoir de l’Avenida Duque de Ávila.

En tête de liste PSD/CDS-PP/MPT/PPM/Alliance au Conseil de Lisbonne, l’ancien président du PSD a estimé que « l’ingénieur Carlos Moedas est une bouffée d’oxygène en politique ».

« Quand tu dis parfois qu’il n’est pas agressif, […] ils attendent de voir exactement le même type de protagonisme que l’on voit chez d’autres politiciens, c’est exactement ça : c’est différent et il faut le montrer différent, car pour le même nous n’en voulons pas », a renforcé Manuela Ferreira Leite , rappelant l’époque où il était président du PSD et comptait sur Carlos Moedas pour diriger le bureau des études du parti, dans lequel il « a fait un travail absolument extraordinaire, sérieux et profond », sans s’en vanter.

Concernant les chances que Coins remporte la Chambre de Lisbonne, Ferreira Leite a souligné que « dans une démocratie, les chances ne sont pas dans la personne, elles sont dans les électeurs et les électeurs savent s’ils veulent ou non continuer, s’ils en ont marre ou non. , voient ou ils ne voient pas des perspectives d’avenir dans le pays et, en particulier, dans la ville aussi, avec ce type de gouvernance, avec ce type d’idéologie qui est totalement reflété et personnifié aussi par Fernando Medina ».

« Si les gens en ont marre et qu’ils votent pour eux, ne vous plaignez pas, la seule chose que je puisse dire, c’est qu’à cette époque, nous sommes un pays malheureux », a-t-il souligné.

Le 26, Fernando Medina (coalition PS/Livre) Carlos Moedas (PSD/CDS-PP/PPM/MPT/Aliança), Beatriz Gomes Dias (BE), Bruno Horta Soares (IL) briguent la présidence de la Chambre de Lisbonne . ), João Ferreira (CDU – coalition PCP/PEV), Nuno Graciano (Assez), Manuela Gonzaga (PAN), Tiago Matos Gomes (Volt), João Patrocínio (Ergue-te), Bruno Fialho (PDR), Sofia Afonso Ferreira (Nous citoyens !) et Ossanda Líber (Nous sommes tous le mouvement de Lisbonne).