Contacté par l’agence Lusa, Manuel Alegre a réagi « avec tristesse » au décès d' »un ami » qu’il connaissait « depuis 60 ans et plus ».

«Quand je l’ai rencontré, il y a environ 60 ans, lors d’une réunion de magna très tendue et difficile, qui s’est tenue dans l’ancien Palácio dos Grilos, à Coimbra. J’étais sur le point de monter à la tribune et j’ai senti un coup dans le dos. Je me suis retourné et je l’ai vu, les cheveux encore très roux, me dire : ‘Je viens de Lisbonne et je vous apporte notre solidarité, au nom de la Rencontre inter-associations (RIA)’ », a rappelé l’ancien candidat à la présidentielle également.

Jorge Sampaio était, selon lui, l’une des principales figures de la « consolidation de la démocratie portugaise ».

Manuel Alegre a rappelé l’ancien secrétaire général du PS comme une personne qui « n’était pas exaltée, parfois nerveuse, savait jeter des ponts et avait une vision politique moderne » sur le pays, ainsi qu’une « vision stratégique sur la position du Portugal dans le monde ».

« À mon avis, c’est le président qui a le mieux illustré les deux pouvoirs d’un président, lorsqu’il a décidé de ne pas dissoudre l’Assemblée [da República] et nommer le premier ministre de l’époque Santana Lopes, car il y avait une majorité, et quand plus tard, pour des raisons de stabilité politique, il a décidé de la dissoudre », a déclaré Manuel Alegre, ajoutant que cet exemple montre sa « vision lucide, très autonome » et aussi « d’homme d’État » de Sampaio.

La vision du Portugal de Jorge Sampaio, soutenait Manuel Alegre, se reflétait déjà quand ils étaient plus jeunes : « Nous étions ensemble dans les luttes étudiantes, nous étions ensemble dans la lutte antifasciste et anticoloniale, même lorsqu’il était en exil, il a toujours en contact avec ceux qui étaient à Alger, à Paris, dans diverses parties du monde, ont participé, d’une manière ou d’une autre, à toutes les luttes significatives pour la démocratie portugaise avant le 25 avril, dans la lutte contre la dictature ».

L’ancien président de la République Jorge Sampaio est décédé aujourd’hui à l’âge de 81 ans, a indiqué la source familiale à l’agence de presse Lusa.

L’ancien chef de l’Etat était hospitalisé depuis le 27 août à l’hôpital de Santa Cruz, à Lisbonne, pour des difficultés respiratoires.

Sampaio était en Algarve, mais après avoir connu des difficultés respiratoires, et « compte tenu de ses antécédents de patient cardiaque », il a été transféré à Lisbonne, avait-il alors déclaré avec une source dans son bureau.

Jorge Sampaio, 81 ans, a été président de la République pendant deux mandats, entre 1996 et 2006.

En 1989, il a été élu chef du Parti socialiste et en même temps il a été élu maire de Lisbonne, après avoir été réélu en 1993.

Après avoir été président de la République, il a été nommé en 2006 par le secrétaire général des Nations unies comme envoyé spécial pour la lutte contre la tuberculose et entre 2007 et 2013 il a été haut représentant de l’ONU pour l’Alliance des civilisations.

Il préside actuellement la Plate-forme mondiale pour les étudiants syriens, fondée par lui en 2013 dans le but de contribuer à répondre à l’urgence académique que le conflit en Syrie avait créée, laissant des milliers de jeunes sans accès à l’éducation.

Jorge Fernando Branco de Sampaio a occupé, toute sa vie, les plus hautes fonctions politiques du pays.

Il a commencé son parcours, encore étudiant, comme l’un des protagonistes, à l’Université de Lisbonne, de la crise académique du début des années 1960, qui a généré un long et général mouvement de protestation étudiante contre l’Estado Novo, jusqu’au 25 avril. 1974.

Homme de gauche et avocat de formation, il a défendu des affaires célèbres, comme la défense des accusés dans l’assaut de la caserne de Beja, l’affaire de la « Capela do Rato », dans laquelle des dizaines de personnes protestaient contre le guerre ont été arrêtés

Après le 25 avril 1974, il milite dans des formations de gauche, comme le MES, où il croise la route de Ferro Rodrigues, ancien chef du PS, actuel président du parlement, et ne rejoint le parti fondé par Mário Soares qu’en 1978.

Plus tard, il a été secrétaire général du PS (1989-1992), président du conseil municipal de Lisbonne (1990-1995) et président de la République (1996 et 2006).