« Nous avons 70 signatures » d’institutions telles que « des mairies, des universités, des écoles et des ordres professionnels » et l’objectif est « d’en atteindre 200 », a révélé aujourd’hui le directeur général du Corridor Sud-Ouest ibérique, Antonio García Salas.

Selon le responsable de ce groupe d’entreprises luso-espagnol, le manifeste compte également « 28 000 » abonnements de « particuliers », avec l’objectif fixé, dans ce cas, à « 50 000 » signatures.

« L’objectif est de remettre le manifeste aux gouvernements des deux pays et à la Commission européenne », a-t-il ajouté.

António Garcia Salas s’adressait à des journalistes à Évora, à la fin de la signature du manifeste de soutien au Corridor ibérique du sud-ouest par les présidents de la Commission régionale de coordination et de développement de l’Alentejo (CCDR), António Ceia da Silva, et la Commission régionale de l’Alentejo Agence de développement (ADRAL), José Calixto.

« Ce couloir n’est pas seulement le train. C’est une appréhension du territoire comme espace de flux et de connexions », a-t-il souligné, notant que le groupe a des propositions « d’infrastructures ferroviaires, routières, numériques, énergétiques et environnementales ».

Le responsable a indiqué que l’une des demandes est de « relier Lisbonne à Madrid cette année par les lignes [ferroviárias] qui existent », à savoir, au Portugal, par la Linha do Leste, qui relie Abrantes à la frontière de Caia, à Elvas.

« Nous voulons que le train qui relie actuellement Madrid à Badajoz continue jusqu’à Lisbonne. C’est possible, c’est relativement économique et c’était une grande impulsion pour visualiser le changement qui pourrait avoir lieu », a déclaré António García Salas.

L’achèvement, d’ici 2023, de l’électrification de la Ligne Est et de la connexion entre Mérida et Puertollano et, d’ici 2025, de l’ensemble du chemin de fer entre Lisbonne et Madrid et la mise en service du corridor mixte à grande vitesse entre Sines et les deux les capitales sont d’autres choses.

S’adressant aux journalistes, le président du CCDR de l’Alentejo, António Ceia da Silva, a déclaré que l’entité est « toujours du côté » des institutions qui « se battent pour des projets dans l’Alentejo », car elle sera « du côté du développement » .

Le président de l’ADRAL, José Calixto, a souligné que le groupe d’entreprises avait « une planification très structurée » et a estimé que ses propositions « sont des investissements fondamentaux pour le développement » de l’Alentejo et de l’Estrémadure espagnole.

Le Portugal travaille actuellement à la construction de quatre tronçons qui intégreront le futur corridor international du Sud, créé dans le cadre du programme d’investissement pour l’expansion et la modernisation du réseau ferroviaire national « Ferrovia 2020 ».

Selon IP, le Corridor International Sud entend réduire le temps de trajet, grâce à l’utilisation de trains à traction électrique entre Sines et Caia, et « augmenter l’efficacité et l’attractivité » du transport ferroviaire de marchandises, en permettant la circulation des trains de marchandises avec 750 mètres de longueur.

SM // MCL