«Que faire de toutes les batteries usagées pour véhicules électriques? La Chaire des énergies renouvelables de l'Université d'Évora (CER-UÉ) »et la société Betteries, basée à Berlin (Allemagne),« répètent les meilleures réponses », a déclaré aujourd'hui l'académie de l'Alentejo.

Dans un communiqué, l'Université d'Évora a expliqué que cette promotion du «recyclage des batteries de véhicules électriques» est une intervention intégrée dans le projet POCITYF – POsitive Energy CITY Transformation Framework.

Financé par l'Union européenne, à travers le programme Horizon 2020, POCITYF compte 46 entités partenaires de 13 pays européens, telles que des municipalités, des universités et des entreprises, et mettra en œuvre ses solutions dans deux villes pilotes, dans la ville portugaise d'Évora et dans la ville néerlandaise d'Alkmaar.

Selon l'académie de l'Alentejo, la société allemande Betteries a livré les premiers modules de batteries lithium-ion de 2ème vie, issus de véhicules électriques.

La configuration, l'installation et les tests de ces batteries dans les installations de l'UÉ étaient des étapes déjà entamées, a-t-il ajouté.

Il s'agit de la première intervention expérimentale du projet POCITYF à Évora et englobe «une période de test des batteries, via des applications portables de Betteries, une intégration dans le micro réseau expérimental de l'UÉ et des tests avec d'autres partenaires», a indiqué l'institution.

Ensuite, il y aura une 2ème phase, au cours de laquelle «des batteries de 2ème vie seront installées dans des résidences sélectionnées du village de Valverde», dans la commune d'Évora, une intervention également intégrée au POCITYF.

La société allemande Betteries «a une approche expérimentale et travaille sur le développement de ce type de technologie, propre» et «écologique» avec l'objectif «plus d'efficacité énergétique», a expliqué la source de l'UÉ à l'agence Lusa.

Le projet POCITYF "reconnaît l'urgence de rendre les villes patrimoniales plus durables et résilientes au changement climatique, améliorant ainsi la vie et le bien-être de ses citoyens", a expliqué l'université de l'Alentejo, l'un des partenaires de l'initiative.

Évora et Alkmaar vont tester des expériences technologiques avec l'objectif de "créer des zones à bilan énergétique positif, dans lesquelles la production d'énergie renouvelable locale moyenne devrait être supérieure à la consommation, en termes de moyenne annuelle", at-il souligné.

L'année dernière, le 19 septembre, lors de la présentation du projet à Évora, João Maciel, responsable de la zone de recherche et développement d'EDP, l'entité de coordination du projet, a expliqué à Lusa que les solutions testées dans ces deux villes pilotes seront, puis répliqué ailleurs.

Grenade (Espagne), Bari (Italie), Celje (Slovénie), Ujpest (Hongrie), Ioannina (Grèce) et Hvidovre (Danemark) sont les villes où les expériences devraient être reproduites.

RRL (SYM) // ZO

Le contenu de l'Université d'Évora promeut le recyclage des batteries de voitures électriques usagées apparaît en premier à Visão.