Baptisé INSTABAT – «Plateforme innovante de capteurs physiques / virtuels pour cellule de batterie», le projet est financé par la Commission européenne, à travers le programme Horizon 2020, pour un montant d’environ quatre millions d’euros, coordonné par la France.

Outre le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), qui coordonne, d’autres centres de recherche et partenaires commerciaux français, tels que BMW, et Infineon Technologies, tous deux en Allemagne, Faurecia (France) et VARTA (Autriche), participent. ).

Le projet INSTABAT vise à surveiller, en temps réel et en fonctionnement, les paramètres essentiels d’une cellule de batterie lithium-ion, fournissant avec plus de précision les états de certains indicateurs, tels que la charge, la capacité, la puissance, l’énergie et la sécurité.

«Le projet recherche une solution de technologies et de fonctionnalités intégrées de surveillance intelligente pour articuler de manière fiable l’évolution des paramètres clés avec les phénomènes de dégradation physico-chimique qui se produisent dans le noyau des cellules de batterie, améliorant ainsi leurs performances fonctionnelles, autonomie et sécurité », explique une note d’information sur INSTABAT.

Selon les informations fournies par l’Université d’Aveiro, «une preuve de concept sera créée grâce au développement d’une plate-forme multi-capteurs, pour des applications dans les véhicules électriques, réduisant le vieillissement, améliorant les marges de sécurité et d’autonomie, déclenchant l’auto-régénération et facilitant la utiliser comme seconde vie ».

Une étude de faisabilité technique et économique sera également réalisée et d’adaptabilité à d’autres technologies cellulaires.

L’équipe UA est composée des chercheurs Micael Nascimento, Carlos Marques, João de Lemos Pinto, du laboratoire associé i3N, groupe Nanophotonique et Optoélectronique, du Département de Physique, avec Luísa Sal comme chef de projet.

INSTABAT fait partie de la feuille de route Battery2030 +, une initiative de recherche européenne à grande échelle et à long terme qui cible les batteries durables du futur, offrant à l’industrie européenne des technologies innovantes et un avantage plus compétitif sur toute la chaîne de valeur des batteries, pour permettre à l’Europe d’atteindre les objectifs d’une société climatiquement neutre.

MSO // JAP

Le contenu de l’Université d’Aveiro intègre le projet européen de batteries pour véhicules électriques apparaît en premier à Visão.