Le haut représentant de l’Union européenne (UE) pour la politique étrangère et de sécurité, Josep Borrell, attend cette semaine un accord pour débloquer les exportations de céréales ukrainiennes, parlant d’une « question de vie ou de mort ».

« La vie de milliers – plus que des milliers, des dizaines de milliers de personnes – dépend de cet accord et ce n’est donc pas un jeu diplomatique, c’est une question de vie ou de mort pour de nombreux êtres humains. Et le fait est que la Russie doit débloquer et permettre l’exportation des céréales ukrainiennes », a souligné Josep Borrell.

S’exprimant à son arrivée à la réunion des ministres des Affaires étrangères de l’UE à Bruxelles, le chef de la diplomatie européenne a admis avoir « l’espoir que cette semaine, il sera possible de parvenir à un accord pour débloquer Odessa et d’autres ports ukrainiens », lorsque Kiev et Moscou siègeront ensemble. table en Turquie pour discuter de cette question.

« La Russie continue de bloquer le blé ukrainien – ils le brûlent, ils le détruisent – ​​et ils continuent de mener une guerre d’usure, bombardant aveuglément tout type d’infrastructure civile, tuant des innocents et c’est quelque chose qui est une tragédie. », déplore Josep Borrell.

Lors du Conseil d’aujourd’hui, les chefs de la diplomatie européenne discuteront ensuite de la manière de « continuer à soutenir l’Ukraine », avec davantage de soutien militaire à l’Ukraine sur la table, le Haut Représentant de l’UE attendant que les ministres parviennent à « un accord politique à ce sujet ». .

La position intervient à un moment de confrontation armée en Ukraine en raison de l’invasion russe et du blocage des exportations dans les ports ukrainiens, des tensions géopolitiques qui affectent les chaînes d’approvisionnement, faisant craindre une rupture des «stocks» et une crise alimentaire.

L’Ukraine et la Russie sont toutes deux d’importants fournisseurs des marchés mondiaux, en particulier des céréales et des huiles végétales telles que le blé, l’orge et le maïs, et Kiev est également responsable de plus de 50 % du commerce mondial de l’huile de tournesol et un important fournisseur de rations pour l’UE.

On estime que des millions de tonnes de blé sont retenues en Ukraine, alors que l’exportation ukrainienne habituelle dans ce secteur était de cinq millions de tonnes de blé par mois.

Lors de la réunion d’aujourd’hui, le ministre des Affaires étrangères de l’Ukraine, Dmytro Kuleba, participera par vidéoconférence, qui expliquera la situation sur le terrain.

A l’occasion, la mise à jour des sanctions européennes contre la Russie, proposée par Bruxelles vendredi, qui comprend également une interdiction des importations d’or russe, sera également évoquée.

S’adressant à la presse, Josep Borrell a expliqué que le but de cette mise à jour est « d’améliorer la mise en œuvre des sanctions existantes. […] pour s’assurer que les sanctions sont efficaces », rejetant que ces mesures restrictives soient « une erreur ».

« C’est ce que nous devions faire et nous continuerons à le faire », a-t-il déclaré.

Vendredi dernier, la Commission européenne a proposé une interdiction dans l’UE des importations d’or russe et un renforcement des contrôles sur les exportations de technologie de pointe, des mesures visant à un « alignement des sanctions européennes » sur les sanctions internationales.

Selon Josep Borrell, les chefs de la diplomatie des 27 discuteront également de l’élargissement de la liste des individus et entités visés par les sanctions pour l’agression de la Russie contre l’Ukraine.

Depuis février dernier, mois au cours duquel Moscou a lancé son invasion de l’Ukraine, l’UE a adopté six paquets de sanctions, les deux derniers couvrant le secteur de l’énergie – un embargo sur le charbon russe, le cinquième, et une interdiction partielle des importations de pétrole russe. dans le sixième.

La liste des sanctions de l’UE à l’encontre de la Russie, ouverte après l’annexion de la Crimée en 2014, s’est considérablement allongée ces derniers mois et compte actuellement 1 090 personnes, dont le président russe Vladimir Poutine, et 80 entités.