L’ouverture des négociations, que Skopje et Tirana attendaient depuis longtemps, intervient après que la Macédoine du Nord a signé dimanche un protocole bilatéral avec la Bulgarie, qui a permis de sortir d’une longue impasse qui a aussi touché l’Albanie, avec les 27 donnés lundi. light’ pour la célébration des premières réunions intergouvernementales, qui ont lieu aujourd’hui à Bruxelles, avec une signification purement politique, mais qui lancent officiellement les négociations.

« Quel moment historique. Aujourd’hui, l’Albanie et la Macédoine du Nord ouvrent des négociations d’adhésion avec l’UE. C’est votre succès, c’est le succès de votre peuple. Ils ont travaillé dur pour arriver ici. Ils ont fait preuve d’un tel attachement à nos valeurs, ils ont fait preuve de résilience et ils ont gardé foi dans le processus d’élargissement », a déclaré Von der Leyen, s’adressant aux Premiers ministres de la Macédoine du Nord, Dimitar Kovacevski, et de l’Albanie, Edi Rama.

Expliquant un peu le processus depuis l’ouverture formelle des négociations avec les conférences intergouvernementales qui se tiennent aujourd’hui à Bruxelles, le président de l’exécutif communautaire a souligné que « la Commission et les équipes de négociation de l’Albanie et de la Macédoine du Nord commenceront alors à travailler », le première étape étant « une analyse de l’acquis communautaire », afin que les deux pays candidats se familiarisent « avec les droits et obligations de l’Union », en termes de traités, de législation, d’accords internationaux.

« Et nous allons avancer très vite », a assuré Von der Leyen, ajoutant que, dans le même temps, il y aura déjà un rapprochement entre les pays candidats et le bloc communautaire, soulignant en exemple que « l’Albanie va maintenant rejoindre le Mécanisme européen de protection « Civil » et, « très bientôt, la Macédoine du Nord négociera l’accord de Frontex », l’agence de gestion des frontières.

« Les avantages augmenteront au fur et à mesure que les négociations progresseront », a-t-il souligné.

Enfin, Von der Leyen a salué le leadership et la « patience stratégique » de Dimitar Kovacevski et Edi Rama, les remerciant notamment pour « l’attachement aux valeurs européennes » dans le contexte de l’actuelle « guerre brutale lancée par la Russie » en Ukraine.

De son côté, le Premier ministre albanais s’est félicité d’avoir pu surmonter « une situation absurde » qui empêchait le lancement des négociations d’adhésion — le blocus de la Bulgarie motivé par des différends historiques et culturels, notamment linguistiques, avec la Macédoine du Nord.

« Ce furent des années très, très compliquées, pendant lesquelles le refus du Conseil européen de [em abrir negociações]d’une part, et le tremblement de terre, la pandémie et la guerre ont créé la « tempête parfaite », mais ils nous ont rendus plus forts », a déclaré Edi Rama, qui a voté pour des « Balkans occidentaux plus démocratiques ».

Le chef du gouvernement de la Macédoine du Nord, qui a tenu à s’exprimer d’abord en macédonien, puis à répéter son discours en anglais, a déclaré qu’il estimait que « c’est un nouveau départ pour la région », qui connaîtra plus de progrès et de prospérité.

« C’est avec une grande satisfaction qu’après 17 ans, nous entamons enfin les négociations aujourd’hui. Nous ouvrons de nouvelles perspectives pour notre pays […]. Notre place est dans l’Union européenne et j’espère que nous serons un exemple positif d’intégration rapide d’un État membre dans l’UE, tout comme nous avons eu l’intégration la plus rapide d’un État membre dans l’OTAN », a-t-il déclaré.

La Macédoine du Nord est bloquée depuis 2005 dans l’antichambre de l’UE, en raison du veto grec jusqu’en 2018, et du blocage bulgare du dossier en 2020, en raison de différences historiques et culturelles.

La proposition de consensus acceptée par la Bulgarie, et esquissée lors de la précédente présidence française de l’UE, qui s’est achevée fin juin, prévoit la tenue immédiate d’une première conférence intergouvernementale (CIG), à caractère purement politique, étant donné que les négociations n’a pu être initié qu’après l’approbation d’un amendement constitutionnel qui inclut les Bulgares (environ 3 500 personnes) en tant que peuple constitutif de la République de Macédoine du Nord, une suggestion qui a été au centre de nouveaux problèmes.

L’opposition macédonienne, de nombreux intellectuels, mais aussi des organisations non gouvernementales (ONG) proches de la coalition au pouvoir menée par les sociaux-démocrates (SDSM) et des partis moins expressifs, ont rejeté la proposition.

Dans leurs arguments, ils considèrent que la proposition contient des articles que la Bulgarie pourrait utiliser pour opposer son veto aux négociations d’adhésion à l’avenir.

La Bulgarie insiste pour que la Macédoine du Nord modifie certains des manuels scolaires et reconnaisse que la langue macédonienne a des racines bulgares et que les deux peuples ont partagé une histoire commune dans le passé.

La Macédoine du Nord a souligné que son identité et la langue macédonienne ne sont pas sujettes à discussion.

Un sondage réalisé début juillet par l’Institute for Policy Analysis (IPIS) indiquait que seuls 29% des personnes interrogées dans ce pays multiethnique soutiennent la proposition de l’UE.

ACC (PCR) // SB