«Nous avons travaillé en harmonie avec les autorités portugaises, tout le travail que les derniers jours ont rendu public est un travail qui se fait en totale harmonie entre l'Angola et le Portugal au niveau des entités judiciaires, et si par hasard il y a un besoin de nous en arriverons là (en émettant un mandat) ensemble, nous verrons comment procéder », a affirmé aujourd'hui le PGR angolais, Hélder Pitta Grós, interrogé par Lusa.

Le magistrat qui s'est entretenu avec des journalistes à Luanda, en marge d'une réunion des procureurs avec les services exécutifs centraux du ministère angolais de l'Intérieur, n'a pas avancé d'horizon pour l'exécution du mandat d'arrêt, se référant seulement au fait que cette possibilité fait partie du processus en cours. cours.

"Ce sont des questions de procédure et comme vous pouvez l'imaginer, je ne pourrai pas annoncer quelque chose qui est en cours ici et nous travaillons ici", a-t-il souligné.

Le parquet a demandé la saisie des comptes bancaires de la femme d'affaires Isabel dos Santos, "dans le cadre d'une demande de coopération judiciaire internationale des autorités angolaises", a confirmé le 11 février à Lusa la PGR portugaise.

La décision a été prise après que le tribunal provincial de Luanda a décrété, en décembre 2019, la saisie préventive des comptes bancaires personnels par Isabel dos Santos, son mari, la congolaise Sindika Dokolo et la portugaise Mário da Silva, en plus de neuf sociétés. dans laquelle la femme d'affaires détient des participations, pour des entreprises privées présumées qui auraient nui à l'État angolais.

Dans ce processus, l'État angolais, représenté par le ministère public, a fait une déclaration détaillée dans laquelle, en général, il soutient qu'Isabel dos Santos et son mari ont utilisé des fonds, notamment de Sonangol, pour faire des affaires.

Outre la saisie de comptes bancaires et de participations en Angola, des avoirs liés à plusieurs sociétés au Portugal ont également été saisis.

Cependant, la femme d'affaires Isabel dos Santos a l'intention de contester la décision de saisie des avoirs du tribunal portugais devant la Cour européenne des droits de l'homme, sur la base du cas du procureur général de la République d'Angola, a déclaré l'un de ses avocats en mai.

Isabel dos Santos considère qu'elle est la cible d'une "attaque à motivation politique" et qu'elle n'a donc aucune confiance qu'elle sera soumise à un procès équitable ou qu'elle bénéficiera d'une sécurité personnelle si elle retourne en Angola pour se défendre contre accusations.

Selon le PGR angolais, Isabel dos Santos gère plusieurs affaires civiles et pénales, dans lesquelles l'État revendique des valeurs supérieures à cinq milliards de dollars (4,6 milliards d'euros).

En janvier, l'International Investigative Journalism Consortium a également révélé plus de 715 000 fichiers, sous le nom de «  Luanda Leaks '', qui détaillent les stratagèmes financiers présumés d'Isabel dos Santos et de son mari, ce qui leur aura permis de retirer de l'argent des fonds publics angolais. par des paradis fiscaux.

DYAS // VM

Luanda Leaks content: le PGR angolais admet un mandat d'arrêt contre Isabel dos Santos en coordination avec le Portugal apparaît pour la première fois à Visão.